Une nouvelle branche de la médecine…

… c’est ce que pense le Dr Qing Li dans son livre L’art et la science du bain de forêt, dont cet article est extrait et qui a été publié, en anglais, dans le dernier numéro du magazine Country Living. Nous avions déjà traité de ce sujet dans un article encore plus détaillé en 2015, mais comme notre faiblesse d’humains est d’oublier rapidement ce qui pourtant nous serait utile et profitable, il est toujours nécessaire de répéter les choses, de se les rappeler de temps à autre pour qu’elles puissent finir par devenir un acquis indestructible ;-) !

S’imprégner de la vue et des sons de la forêt a scientifiquement prouvé des bénéfices pour la santé,
dit le Dr Qing Li.

Forêt

Depuis des temps immémoriaux être au milieu des arbres a aidé à nous remettre de nos soucis, tout en nous réparant et nous ravivant. Cependant, c’est seulement récemment qu’il y a eu des preuves scientifiques pour confirmer ce que nous avons toujours su de façon innée sur le pouvoir guérisseur de la forêt.

Shinrin signifie forêt en Japonais et yoku signifie bain. Donc shinrin-yoku (N.D.T. :d’autres écrivent yoki au lieu de yoku, sans doute la complexité de la transposition des idéogrammes vers une écriture latine…) c’est se baigner dans l’atmosphère de la forêt, ou s’en emparer à travers nos sens. Ce n’est pas de l’exercice, de la randonnée ou du jogging. C’est simplement être dans la nature et s’y connecter à travers notre sens de la vue, celui de l’ouïe, du goût, de l’odorat et du toucher.

Quand les gens ont commencé à pratiquer shinrin-yoku au début des années 1980, c’était uniquement basé sur le bon sens et l’idée intuitive que passer du temps dans de belles zones arborées vertes serait bon pour nous. Le terme a été inventé au Japon en 1982 par le directeur général de l’Agence forestière de l’agriculture, pour les forêts et la pêche, qui constata que les gens du pays avaient besoin de guérison à travers la nature. L’idée fit aussi partie d’une campagne de protection des forêts ; si les gens étaient encouragés à visiter la nature sauvage pour leur santé, ils seraient plus susceptibles de vouloir protéger et rechercher de tels endroits. Ce n’est pas avant 2004, pourtant, qu’une investigation scientifique sur le lien entre les forêts et la santé humaine a sérieusement commencé .

Aujourd’hui, il y a de nombreuses études sur l’impact bénéfique du shinrin-yoku sur notre santé. La bonne nouvelle est que même un « bain de forêt » de deux heures vous aidera à vous déconnecter de la technologie et à ralentir. Quand vous vous connectez à la nature à travers tous vos sens, vous commencez à retirer tous les bénéfices offerts par le monde naturel.

 

Clarifier l’esprit

Quantités de recherches justifient maintenant ce que les décideurs, les poètes et les philosophes ont su depuis l’époque d’Aristote : marcher en forêt libère l’esprit et nous aide à penser clairement.

Des chercheurs de l’Université de Stanford ont aussi montré que marcher dans la nature nous aide à arrêter de « couver » nos problèmes. Cette étude fut conduite avec un groupe d’étudiants ayant tous subi une série d’évaluations de l’humeur avant et après une marche. Une moitié du groupe est allée dans une zone verte et feuillue du campus de l’université, alors que l’autre moitié a marché le long d’une route fréquentée avec une forte circulation.

Les résultats ont démontré que non seulement la marche dans la nature soulage les sentiments d’anxiété et autres émotions négatives, mais qu’elle augmente aussi les pensées positives. En d’autres mots, marcher dans la nature peut aider à changer la façon de penser et de voir les choses sous un meilleur jour.

Une autre étude a trouvé que, bien que marcher n’importe où (dans une zone urbaine ou naturelle) réduisait les niveaux enregistrés de l’anxiété, de la dépression, de la colère et de la confusion, c’est seulement la marche dans un environnement forestier qui a un effet positif sur la vigueur et la fatigue.

Aussi intéressant à savoir, une balade de deux heures dans les bois a un effet similaire sur les niveaux de l’humeur que des excursions plus longues, et ainsi pour en recueillir les bienfaits vous n’avez pas besoin de passer plus de temps dans la forêt.

 

Diminuer les niveaux de stress

Nous relâchons l’hormone « cortisol » quand nous sommes anxieux ou en état de stress. Quand elle est relâchée en permanence, cela peut perturber les processus corporels et les gens qui en produisent des niveaux élevés de façon chronique courent un risque accru de nombreux problèmes de santé.

La recherche montre que le « bain de forêt » aide à abaisser les hormones du stress : cortisol et adrénaline. Il aide aussi à réprimer le système nerveux sympathique (la partie « fuir-ou-combattre » qui fait battre notre cœur plus vite et élève notre pression sanguine) et  stimule le parasympathique (la partie « repos-et-réparation »). Sur la base du résultat des études sur les bains de forêt, il y a maintenant 62 centres certifiés de thérapie par la forêt au Japon, et entre 2,5 et 5 millions de personnes marchant maintenant chaque année sur des chemins forestiers.

Shinrin-yoku est devenu une pratique courante, une façon pour les Japonais de gérer leur stress et de prendre soin de leur santé.

 

Soutenir le système immunitaire

Les cellules tueuses naturelles (NK) sont un type de globules blancs, ainsi dénommées parce qu’elles peuvent attaquer et tuer les cellules indésirables, telles que celles qui sont infectées par un virus ou qui sont cancéreuses. Elles le font avec l’aide des protéines anti-cancer : perforine, granulysine et granzymes. Les gens ayant la plus haute activité NK montrent le taux le plus bas de maladies, telles que le cancer.

Une étude dans la forêt liyama au Japon a trouvé qu’après trois jours et deux nuits dans la zone, le nombre des cellules NK des participants est allé de 440 à 661 et l’activité des cellules NK s’est élevée de 17,3% à 26,5%. Les niveaux de granulysine, granzyme et perforine ont aussi augmenté.

 

Dormir sainement

Dans une étude, 12 employés de bureau, mâles et d’âge moyen, de Tokyo, ont fait des marches de deux heures le matin et l’après-midi dans différentes forêts. Ils ont marché environ 2,5 km durant les deux heures, à peu près la même distance qu’ils pouvaient marcher un jour normal de travail.

Avant les balades « bain de forêt », les hommes y participant avait un temps de sommeil moyen de 383 minutes.

Les nuits durant ces balades ce temps s’est élevé à 452, et à 410 minutes la nuit d’après. En d’autres mots, il y avait eu une augmentation significative du temps de sommeil durant l’expérience du bain de forêt.

Cela prouve que vous dormez mieux quand vous passez du temps dans un environnement naturel, même quand vous n’augmentez pas significativement la quantité d’activité physique que vous faites.

 

Le pouvoir des arbres

Autant qu’avoir une concentration plus élevée d’oxygène, l’air d’une forêt est aussi plein de phytoncides, qui donnent leur parfum particulier. Les phytoncides sont les huiles naturelles d’une plante et font partie du système de défense des arbres. Les arbres relâchent des phytoncides pour se protéger des bactéries, des insectes et des champignons, et font aussi partie du moyen de communication entre les arbres : la façon des arbres de se parler les uns aux autres.

Intéressant à savoir, les arbres à feuilles persistantes tels que les pins, les cèdres, les épicéas et les conifères sont les plus grands producteurs de phytoncides.

Des études montrent que l’exposition aux phytoncides diminuent significativement les hormones du stress et les niveaux de tension et d’anxiété, de colère et d’hostilité, de fatigue et de confusion.

La recherche montre aussi que les phytoncides peuvent augmenter le nombre et l’activité des cellules tueuses naturelles (NK) dans le corps (qui jouent un rôle critique dans le système immunitaire), tout en stimulant l’activité des protéines anti-cancer.

 

 

Comment pratiquer SHINRIN-YOKU

Vous pouvez prendre un bain de forêt partout où il y a des arbres, sous la pluie, sous le soleil ou la neige. Il est toutefois important de ne pas vous presser. Marcher lentement vous aidera à garder vos sens en éveil, à noter les choses autour de vous et à sentir l’air de la forêt.

ÉCOUTER les oiseaux chanter, les animaux grogner et le bruissement des feuilles dans les arbres.

REGARDER les différentes nuances de vert et la lumière du soleil filtrant à travers les branches.

SENTIR le parfum de la forêt et inhaler l’aromathérapie naturelle des phytoncides.

GOÛTER la fraîcheur de l’air en prenant de longues et profondes respirations.

RESSENTIR les textures de la forêt :
mettre vos mains sur le tronc d’un arbre, plonger vos doigts dans un ruisseau ou vous allonger sur le sol.

BOIRE la saveur de la forêt pour éveiller votre sentiment de joie et de calme. C’est cela votre sixième sens.

 

 

Le livre en anglais du Dr Qing Li : Livre - Into the forest

Le Dr Qing Li est un professeur agrégé à la Nippon Medical school de Tokyo et a passé 13 années à faire des recherches sur le shinrin-yoku.

 

Allez… maintenant, en route pour la forêt :-) !

Colette