Soupe crue de concombre à la menthe

  OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est le moment où jamais de profiter des propriétés alcalinisantes des concombres : la saison bat encore son plein ! Cette soupe crue pourra vous y aider.

Pour 4 à 6 parts… selon appétit et usage (plat unique ou entrée)

  • 3 concombres
  • 2 échalotes moyennes
  • 1 c. à café de bouillon de légumes en poudre, Bio (ou fait maison)
  • 1 avocat ou 1 c. à soupe de purée d’amandes ou 20 cl de crème de coco ou d’avoine
  • Féta d’amandes* (quantité selon votre bon plaisir !)
  • 1 c. à soupe d’huile de lin ou d’olive
  • Feuilles de menthe
  • Sel, poivre
  • 1 pincée de piment (selon goût)

Vous mettez tous les ingrédients, sauf la féta et la menthe, dans le blender et mixez bien le tout.

Découpez votre féta en petits cubes à disposer sur chaque bol ou assiette et répartissez la menthe hachée sur le tout.

Dégustez aussitôt !

* Féta d’amandes selon la recette donnée ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous trouverez une variante légèrement différente de cette soupe dans cette vidéo.

D’autres recettes au concombre :

 

NOTE :  Pour utiliser les concombres (à part de délicieux smoothies verts ;-) ) vous pouvez aussi en faire une réserve « lacto-fermentée » dans des bocaux que vous serez heureux de trouver durant tout l’hiver… Bocaux dans lesquels le concombre pourra être seul ou en mélange avec de la courgette, que vous pouvez elle aussi conserver, seule, de la même façon et qui se trouve être disponible en ce moment, ou encore d’autres légumes de votre choix : fleurettes de brocoli et/ou de chou-fleur, rondelles/cubes de carottes, chou-rave grossièrement râpé….

Rien de plus facile que la lacto-fermentation (pour mémoire, cet excellent souvenir d’un atelier de l’époque de mon activité professionnelle, vieux de trois ans déjà !). Plusieurs sites vous proposent des techniques plus ou moins semblables. Voir par exemple :

Mon avis personnel : le sel n’est absolument pas indispensable pour lacto-fermenter (d’ailleurs Ann Wigmore n’en utilisait pas…), mais un tout petit peu relève les saveurs, et les cuisiniers amateurs ont souvent tendance à en mettre trop. Ce qui importe c’est qu’il y ait du liquide dans le bocal donc, au lieu de l’eau, vous pouvez extraire du jus d’une petite partie des légumes à conserver et le mettre dans le bocal sur les légumes qui fermenteront… mais vous pouvez aussi évidemment ajouter tous les aromates et épices qui vous plaisent !

Pour la petite histoire, et en sorte d’hommage pour cette grande dame, un très ancien document (la qualité de l’image et du son, hélas, en témoignent !) nous montrant Ann Wigmore préparant des lacto-fermentations :

Colette