Préparer des plats vivants : un exercice de « pleine conscience »

 Mindful Buddha

 

L’une des premières préoccupations que j’entends des étudiants c’est que toutes les nouvelles techniques qu’ils apprennent pour utiliser et préparer des aliments vivants vont prendre beaucoup trop de temps dans leurs vies remplies. C’est une remarque valide : je crois qu’elle offre une grande opportunité pour une véritable réflexion sur la façon dont nous avons permis à une économie frénétique, à grande vitesse et basée sur la consommation, de transformer nos cuisines.

A quel moment les traditions respectueuses des temps de préparation avec amour de la nourriture ont-elles été abandonnées pour des cuisines dirigées vers le confort ? Ce ne fut certainement pas avec de mauvaises intentions tandis que de nouvelles innovations (aliments en boîte, réfrigérateurs, fours à micro-ondes, et machines à café à 12 tasses) permettaient d’explorer d’autres voies de distractions et aidaient à libérer les maîtresses de maison modernes de leurs rôles traditionnels.

A la fin, la course pour un mode de vie confortable, pré-préparé, pré-emballé, à « nourriture rapide », a tué quelque chose de sacré. Elle a transformé le cœur et l’âme du foyer en quelque chose ressemblant au comptoir d’une épicerie. Le plus important c’est qu’elle a détruit le temps où l’on respectait le rôle que la nourriture jouait traditionnellement sur notre santé, en augmentant dramatiquement le taux de cancers, d’hypertension, de problèmes cardiaques et d’innombrables autres maladies.

Je dis « assez c’est assez » !
Posez le téléphone portable, éteignez la TV, reculez et prenez une grande respiration. Déconnectez-vous de l’état d’esprit du confort et faites suffisamment honneur à vous-même et à votre famille pour ramener dans votre vie les traditions respectueuses du temps sacré de la préparation des repas. Je propose que vous voyez le temps de préparation de la nourriture comme une opportunité de ralentir et de pratiquer la pleine conscience.

Faites de la cuisine l’espace le plus sacré de la maison. Allumez quelques bougies et mettez de la grande musique. Videz-vous de votre stress, de votre colère et de vos soucis… laissez-les à la porte. Ayez comme mission de devenir un avec chaque morceau de légume et chaque nouvelle technique que vous explorez. Honorez le prana (force vitale) des aliments, de la cuisine et par dessus tout la force vitale en vous-même.

Bientôt le temps passé dans la cuisine deviendra une magnifique méditation, et l’une des pratiques quotidiennes les plus sacrées. Les plats que vous présenterez seront imprégnés de la gratitude, de l’amour et de l’énergie les plus profonds possibles.

(Traduction d’un article de James Sant)

 

Colette

 

Enregistrer