Pourquoi avez-vous des caries ou autres problèmes bucco-dentaires ?

 

Dent dentiste

 

Même si vous n’avez pas particulièrement de problèmes bucco-dentaires, la santé de votre bouche vous a, un jour ou l’autre, inquiété ou posé problème.

Vous avez immanquablement déjà fait quelques visites au dentiste et il est fort probable que vous ayez eu des soins à faire (nécessaires ou pas, selon l’honnêteté de votre dentiste !).

La santé de la bouche et des dents nous touche tous universellement. Il est certain qu’elle en touche certains, plus que d’autres, comme ma fille et moi qui souffrons d’une maladie génétique, l’amélogenèse imparfaite (ensemble d’anomalies affectant la structure et l’apparence de l’émail, ce qui concrètement se traduit par des dents partiellement voire pas du tout recouvertes d’émail dans le pire des cas, sont extrêmement fragiles dans le meilleur des cas – friables, ont des caries très facilement et souvent, même avec une bonne hygiène).

Bien que génétique et donc indépendante, au premier abord, des soins que l’on pourrait apporter ou pas à notre bouche, j’ai appris avec les années (et à mon détriment) que certains gestes ou habitudes totalement anodins aggravaient dramatiquement cette maladie (et il en est de même pour tous les autres problèmes bucco-dentaires) et à contrario, l’absence de ces mêmes gestes/habitudes pouvaient, à défaut de la faire disparaître totalement, la rendre incroyablement plus discrète et moins invalidante !

La santé des dents m’intéresse donc particulièrement.

Cela dit, les informations ci-dessous, extraites du livre « Holistic Dental Care » de Nadine Artémis, spécialiste de la beauté et de la santé dentaire par les plantes, nous concernent tous, même ceux qui n’ont pas. En apparence du moins car vous découvrirez plus loin que de nombreux problèmes dentaires passent totalement inaperçus pour la grande majorité des dentistes, sauf s’ils sont formés à la dentisterie holistique.

Nadine Artemis est qualifiée de « visionnaire au vrai sens du terme » par Alanis Morissette.

Shailene Woodley, Carrie-Anne Moss, actrices et Crystal Strayer, maquilleuse professionnelle pour artistes ne jurent que par Living Libations, la ligne de produits botaniques de santé, de soins de la bouche et de beauté, créée par Nadine. En tant qu’aromacologue innovante, Nadine a formulé une élégante collection de composés botaniques rares et exceptionnels. Ses puissants sérums dentaires fournissent des soins optimaux de la bouche et des dents et sont utilisés dans le monde entier. 

Je vous invite donc à prendre connaissance, ci-dessous, de cet extrait du livre de Nadine (dont j’adore les produits de beauté les plus naturels existants sur le marché et terriblement efficaces !) et n’hésitez pas à partager ces informations vitales pour votre santé globale. 

 

Extrait du livre « Holistic Dental Care » de Nadine Artémis (dont la traduction semble être ce livre « Dents et gencives saines : découvrez des techniques et des substances naturelles utiles à la protection de vos dents ») :

Livre Nadine Artémis Holistic Dental Care

Nous avons appris à nous brosser les dents deux fois par jour, à utiliser un fil dentaire et à rendre visite au dentiste régulièrement pour conserver des dents et des gencives en bonne santé et prévenir les caries dentaires. Pourtant, le nombre impressionnant de caries, de couronnes, de traitements des canaux radiculaires et de dents extraites confirme que quelque chose ne va pas. Bien qu’il existe pléthore de promesses parodontales allant du fil dentaire au fluor en passant par le bain de bouche à la menthe, il y a plus de caries dentaires que jamais auparavant.

Nous parcourons les allées des soins dentaires de la pharmacie. En recherchant des solutions, nous trouvons d’innombrables tubes de pâte, nous respectons les rendez-vous chez le dentiste et nous nous brossons les dents quotidiennement depuis des décennies. Malgré tout, nous n’arrivons pas à avoir une bouche parfaitement saine et le risque d’une maladie parodontale reste au-dessus de notre tête. Les gencives qui saignent sont la norme. Des caries inattendues se forment et des millions de traitements des canaux radiculaires sont pratiqués. Par définition, la folie c’est de faire la même chose en attendant des résultats différents, c’est exactement ce qui se passe avec nos dents et les soins dentaires actuels.

Nos bouches sont un microcosme reflétant le macrocosme des déséquilibres de notre planète. Notre dysbiose dentaire reflète notre manque de symbiose dans nos relations avec notre corps, la production alimentaire mondiale, la médecine et l’environnement. Au niveau microscopique, tout ce qui se passe dans notre bouche se passe dans le monde: érosion de l’émail et de la couche arable, corrosion systémique, os qui s’effritent, moisissures dans nos maisons, triclosan dans le dentifrice, toxines déversées à la hâte, élevage intensif qui se gave de champignons, polluants dans le ciel, effets néfastes du pétrole, glyphosates sur nos gencives, dans nos intestins et notre sol, déforestation, supplémentation en fluor (voir cet article), pesticides et antibiotiques qui font muter les microbes, poches parodontales qui s’érodent, maladies chroniques, mercure dans la bouche et les mers, allergènes environnementaux, cancérogènes chaotiques et agents pathogènes envahissants. Ces choses menacent les frontières de notre corps et les frontières de notre planète.

 

Maîtriser la santé de sa bouche grâce à l’équilibre bactérien

La bouche est le portail principal de notre corps. Il absorbe et assimile notre monde. Les systèmes endocrinien, immunitaire et digestif sont intimement liés au microbiome de nos bouches. En comprenant le microbiome humain, nous comprenons que notre santé buccale dépend d’un microbiome en pleine santé. Et en tant qu’hôte humain de ce banquet bactérien, la clé de la vitalité de notre corps et de notre bouche est l’équilibre bactérien.

Ce que nous savons maintenant, c’est que bon nombre des procédures parodontales et des médicaments de la dentisterie moderne perturbent les bactéries bénéfiques de nos gencives et font muter les microbes de la bouche. Beaucoup de nos pratiques de soins bucco-dentaires éliminent l’immunité. Au lieu de cela, nous devons nous réconcilier avec notre communauté bactérienne pour des gencives et des dents plus saines. Nous devons nourrir notre flore buccale et créer des liens avec les bactéries de notre corps. Nous devons abandonner les produits, les pratiques et les antibiotiques qui provoquent la mutation de nos microbes, qui tâchent nos dents et déforestent notre environnement buccale.

 

Tous les dentistes n’ont pas été créés égaux

En plus de cette mutation microbienne, la profession responsable de notre santé bucco-dentaire et du soin de nos dents est une science subjective. Le diagnostic dentaire peut varier considérablement d’un dentiste à l’autre. Pour en témoigner, un chercheur de la Société Radio-Canada, armé d’une caméra cachée et d’une évaluation dentaire de l’Université de Toronto, a rendu visite à vingt dentistes. Sa bouche, par ailleurs en bonne santé, n’avait besoin que d’un nettoyage et d’un remplacement de couronne, mais si elle avait suivi les recommandations combinées des vingt dentistes, alors presque toutes les dents de sa bouche auraient été traitées, y compris plusieurs canaux de racine, placages, obturations et couronnes inutiles.[1] 

Un autre journaliste, avec la confirmation d’un dentiste de confiance qu’il n’avait besoin que d’une couronne sur une molaire, a parcouru les États-Unis pour une cinquante d’examens dentaires. Les cinquante dentistes ont examiné la même bouche et les mêmes radiographies. Leurs estimations allaient de 700 à 19 000 dollars et les évaluations de traitement allaient du couronnement d’une dent au couronnement de vingt-huit dents, de la chirurgie des gencives aux facettes ! La molaire qui nécessitait une couronne a été manquée par quinze des cinquante dentistes. Interrogée sur les conclusions des journalistes, l’American Dental Association n’a pas été étonnée par ces incohérences, car elle affirme que «la dentisterie est un art* basé sur la connaissance scientifique» [2].

(*Donc « subjectif ».)

Cette étude journalistique montre que la santé de notre bouche peut générer de l’argent, ce qui peut influencer certains dentistes. Bien que la dentisterie évoque des images d’exactitude d’une radiographie, d’environnements stériles, de blouses blanches de laboratoire et d’équipements scientifiques de pointe, ce n’est pas une vocation exclusivement objective.

Clairement, il y a cinquante nuances de gris qui affectent nos perles blanches nacrées. Cinquante interprétations d’un rayon X ! Pendant que nous laissons notre cerveau digérer cette information, il est facile de se sentir exaspéré et de rouler des yeux devant une telle incohérence. Ou nous pouvons voir cela comme une fissure pour que la lumière entre.

Lorsqu’il s’agit de prendre soin de nos dents et de notre santé bucco-dentaire, nous pouvons apprendre à comprendre et gérer la carte de nos bouches. Grâce aux informations de pointe fournies par des dentistes pionniers et compatissants, nous pouvons maintenant comprendre comment notre corps est conçu avec une lymphe dentaire qui agit comme une brosse à dents invisible, repoussant les caries et synthétisant la nouvelle dentine à partir d’odontoblastes. Nous pouvons voir que nos bouches peuvent être des incubateurs à infections et que nous devons créer un environnement spécifique pour la multitude de microbes dans nos bouches.

C’est la triple menace qui pèse sur une bouche saine : les procédures néfastes, le manque de compréhension de la lymphe dentaire nourricière et la politique parodontale de la terre brûlée appliquée aux bactéries. Ce tiercé gagnant est la tempête parodontale parfaite qui favorise l’entropie endodontique, les problèmes dentaires et la carie, ainsi qu’un système de solutions-pansement de blanchiment, greffes de gencives, de facettes et de plombages.

 

Dent radio xray 

Procédures dentaires courantes: ce que vous devez savoir

Examinons maintenant certaines procédures dentaires courantes et pesons le pour et le contre.

 

Les plombages ou amalgames

Les amalgames dentaires argentés sont utilisés pour combler les caries depuis plus de 150 ans. Ils sont fabriqués à partir d’une combinaison d’argent, de cuivre, d’étain et de mercure.

Ces amalgames sont plus économiques et durables que d’autres matériaux. L’American Dental Association recommande des plombages en argent pour les enfants qui se tortillent dans le fauteuil du dentiste car ils sont plus faciles à placer que les plombages en composite.

 

Les inconvénients

Les dentistes doivent extraire un os de dent sain pour préparer la dent au plombage.

Ces solutions dentaires datant du dix-huitième siècle contiennent 50% de mercure, l’une des substances les plus toxiques de la planète; Pourtant, même si cette toxicité est un fait scientifique, le mercure est implanté dans des multitudes de bouches sous la forme de plombages. Le mercure est également une toxine cumulative qui passe à travers les barrières hémato-encéphalique et placentaire. Il se lie avec force aux tissus en modifiant l’ADN, les nerfs, les membranes cellulaires et la fonction mitochondriale. La toxicité du mercure est liée à la démence, à la sclérose en plaques, au syndrome de Parkinson et à d’autres troubles dégénératifs [3]*. Le mercure est également lié à la maladie parodontale, au déchaussement des gencives malsaines et à l’hyperpigmentation de la peau. [4] L’agence de Protection Environnementale (EPA) des États-Unis affirme que la plus forte charge corporelle de toxicité chronique au mercure provient des plombages. En outre, lorsque les plombages au mercure sont éliminés, même s’il n’y a pas de modification métallurgique du mercure, l’EPA le considère comme un déchet toxique. Les plombages doivent être traités avec un protocole strict sans contact afin de protéger les dentistes et l’environnement de l’empoisonnement au mercure. [5] La FDA a déclaré: « Une personne avec quatre amalgames a suffisamment de mercure pour rendre un lac de 20 acres impropre à la pêche » [6]. Pourtant, il est toujours acceptable que nos bouches et nos langues les touchent quotidiennement, et il reste encore courant dans les soins dentaires et n’est pas universellement interdit en dentisterie.

 

Les anciens et les nouveaux plombages au mercure dégagent des vapeurs vingt-quatre heures par jour, avec une augmentation de 500% lors de la mastication, du grincement des dents et de la consommation de liquides chauds. Selon le Journal of Dental Research, le chewing-gum augmente considérablement la libération de vapeur de mercure ! [7]

 

* Note personnelle : voir ce site d’une dentiste holistique en Belgique. Je connais très très peu (et c’est un euphémisme !) de dentistes holistiques en France malheureusement. 

 

Autres options de plombages

Les amalgames coûteux en porcelaine ne sont pas 100% en porcelaine pure; ils contiennent aussi du nickel cancérigène et de l’aluminium. La plupart des amalgames en composites blancs contiennent du bisphénol A (BPA), du formaldéhyde et de l’aluminium. Les meilleurs choix d’amalgames actuels pour des dents saines sont les amalgames en oxyde de zirconium, les résines céramiques et les techniques sans perçage.

Étant donné que tous les matériaux des amalgames sont étrangers au système immunitaire, il est recommandé aux dentistes de réaliser un test de biocompatibilité sanguine. Idéalement, prévenir les caries et apprendre à garder ses dents en bonne santé naturellement est indispensable ! (Nous verrons cela bientôt.)

 Tooth Pain. Beautiful Woman Feeling Strong Pain, Toothache

Les dents de sagesse

Ce troisième groupe de molaires se développe généralement à la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine. Il est considéré qu’il est préférable de retirer ces dents en prévention pour éviter les dents incluses et les dents de sagesse partiellement sorties qui seraient difficiles à nettoyer ou pourraient gêner les dents voisines.

 

L’enlèvement des dents de sagesse: les inconvénients

Un rapport publié dans l’American Journal of Public Health a estimé que 6,7 millions sur 10 millions d’extractions préventives de dents de sagesse sont inutiles. [8]

Le British National Health Service a déclaré qu’il convenait de mettre fin à l’extraction prophylactique des dents de sagesse incluses exemptes de pathologies. Il n’y a pas suffisamment de preuves que les dents de sagesse incluses causent des problèmes dentaires et les frais et les risques liés à la chirurgie ne sont pas justifiés. [9]

Nous aurons peut-être besoin de la sagesse de ces dents plus tard dans la vie pour mastiquer; de plus, l’extraction modifie la structure du cou, de la mâchoire et de la bouche.

Mais ce n’est pas tout. On trouve souvent des bactéries pathogènes multiples dans la mâchoire sur les sites d’extraction des dents de sagesse. C’est parce que le protocole standard consiste à laisser le ligament parodontal après l’extraction. En termes simples, cela provoque une zone paresseuse dans la moelle osseuse où les bactéries virulentes se retrouvent et rongent l’os de la mâchoire. [10]

Ces cavitations de la mâchoire sont une conséquence cachée des extractions de dents de sagesse, car la plupart du temps, il n’y a aucun symptôme visible. Lorsqu’une cavitation de la mâchoire apparaît sur une radiographie, l’os s’est déjà érodé de 50% [11]. Ces zones de la mâchoire sont médicalement appelées lésions ostéonécrotiques. L’institut de recherche du Dr. Hal Huggins a révélé que ces sites de cavitation de la mâchoire sont des sanctuaires pour les agents pathogènes graves pouvant mener à une série de maladies auto-immunes.

Les dentistes holistiques, qui apprennent à garder des dents en bonne santé naturellement, peuvent vérifier l’apparition de cavitations en pratiquant une petite incision dans la gencive du site d’extraction et en recherchant des poches molles dans la mâchoire. En cas de dégradation, une procédure simple peut résoudre le problème : l’endroit concerné est ouvert, la décomposition est enlevée de l’os, les bactéries sont complètement éliminées, le flux sanguin dans la région est rétabli et le site est traité à l’ozone. Si vous avez besoin d’extraire une dent, y compris une dent de sagesse, veillez à travailler avec un dentiste qui se chargera également de retirer le ligament parodontal dans le cadre du protocole.

 

Grâce aux recherches approfondies des dentistes Weston Price et Ralph R. Steinman, nous savons maintenant qu’une nutrition adéquate est la clé pour garder des dents de sagesse. Lorsque la mâchoire est alimentée en nutriments pendant la grossesse et l’enfance, les trente-deux dents ont suffisamment d’espace dans la bouche, sans se gêner.

 

Dentiste dent

 

Les traitements des canaux radiculaires ou dévitalisation

Un traitement du canal radiculaire (encore appelé traitement de canal, traitement radiculaire ou dévitalisation) est une procédure pour les dents infectées qui tue la dent malsaine en retirant sa structure interne, y compris les nerfs, le tissu pulpaire et les vaisseaux sanguins. La dent évidée est rincée, remplie de latex et de ciment puis coiffée d’une couronne. Le rôle d’un traitement du canal radiculaire est de sceller hermétiquement la dent et de préserver la surface à mâcher.

 

Les inconvénients

Théoriquement, un traitement du canal radiculaire ou dévitalisation semble être une bonne idée, mais cliniquement, c’est une histoire d’horreur bactérienne. Une dent morte reste dans la bouche en tant qu’incubateur d’infection, lieu de reproduction de bactéries et nid nécrotique propice à la croissance et à la propagation d’agents pathogènes. Cette dent stagnante, dépourvue d’oxygène, devient un refuge pour les microbes nocifs, qui entraînent des problèmes dentaires. L’objectif principal d’un traitement du canal radiculaire est d’avoir une dent stérile et non infectée. Mais l’exact opposé est créé. Chaque dent contient trois miles de tubules de dentine microscopiques impossibles à stériliser ! Les vaisseaux sanguins étant retirés, ni les antibiotiques ni les globules blancs ne peuvent atteindre le site pour lutter contre l’infection. Chaque fois qu’une dent dévitalisée est utilisée pour mastiquer, des toxines bactériennes sont injectées dans le sang. Ces toxines qui viennent de l’infection anaérobie se propagent silencieusement aux gencives, aux ligaments et à la mâchoire. Étant donné que le tissu nerveux est retiré lors de la procédure, il n’y aura aucune douleur indiquant une infection. Dans une corrélation intéressante, le médecin Josef Issels, après quarante ans de traitement du cancer, a découvert que 98% de ses patients avaient des dents dévitalisées. [12] Il insiste pour que ses patients retirent les dents dévitalisées avant de commencer le traitement.

Le Dr Stuart Nunnally, un dentiste holistique hautement respecté et pionnier dans sa pratique, a mené des tests indépendants sur les dents ayant subit un traitement du canal radiculaire. [13] Pour se qualifier pour les tests, les dents devaient être exemptes de symptômes et ne présenter aucun signe de pathologie à la radiographie. 100% de ces dents traitées présentaient un traitement parfait du canal lors de l’inspection de la surface et aux rayons X, toutefois les tests en laboratoire ont révélé que les dents contenaient de graves agents pathogènes toxiques. Bien que ce type d’informations n’ait pas filtré jusque dans tous les cabinets dentaires et avec la connaissance viennent certaines décisions éthiques concernant la manière de traiter les dents malades, il y a heureusement une discussion animée dans les journaux spécialisés en endodontie sur l’impossibilité de stériliser des dents traitées par traitement du canal radiculaire.

Si vous avez une dent dévitalisée et que cette information est déconcertante pour vous alors que vous pensez avoir une bouche saine, il est important de savoir que, bien que les traitements des canaux radiculaires entraînent des infections focales qui nourrissent les bactéries anaérobies 100% du temps, tous les traitements des canaux radiculaires ne causent pas de problèmes de santé systématiquement en raison de l’épigénétique d’un individu et parce que chaque personne gère la toxicité différemment**. Si votre état de santé se dégrade (en particulier au cours des mois suivant la procédure) ou si vous avez un problème auto-immunitaire, vous pouvez explorer les possibilités de faire extraire les dents dévitalisées et de faire retirer le ligament parodontal. C’est une décision plus facile s’il s’agit d’une molaire postérieure, car l’espace peut être laissé tel quel, mais c’est une décision difficile à prendre avec une dent antérieure, car vous devrez peut-être ensuite envisager la pose d’un bridge ou l’implant d’une dent en zirconium.

Il faut une certaine qualité d’esprit pour apprendre certaines méthodes tout en conservant la capacité de les remettre en question et d’aller de l’avant pour trouver de nouveaux terrains de réflexion et des solutions scientifiques. Heureusement, certains dentistes l’ont, et il existe de nouvelles frontières dans le domaine de la dentisterie qui peuvent nous aider à réparer les dégâts causés par les procédures dentaires des décennies précédentes. En matière de santé bucco-dentaire et de soins dentaires plus naturels, certains dentistes holistiques ont ouvert la voie en utilisant un traitement par plasma riche en plaquettes (PRP) qui stimule les facteurs de croissance, ainsi que des injections et des gels à l’ozone pour nettoyer les infections. Ces dentistes ouvrent également la voie avec des choix de matériaux davantage biocompatibles. [14] Les dentistes à la pointe du progrès avec ces innovations seront parmi les premiers à intégrer avec succès la thérapie par cellules-souches pour la régénération des dents, ce qui deviendra une réalité dans un avenir très proche.

 

** Note personnelle de Nadège : d’où l’importance de se détoxer régulièrement et de consommer beaucoup de chlorophylle (par des boissons vertes par exemple) pour éliminer un maximum de toxines.

 

Brosse dents dentifrice 

L’effet du fluor sur les os et la peau: ce que vous devez savoir

Si vous souffrez de caries, alors un dentifrice au fluor et des traitements pourraient vous convenir. Les effets secondaires du fluor peuvent être : saignements des gencives, fluorose squelettique, [15] sclérose en plaques, diagnostic de démence, [16] dents déchaussées et friables, [17] altération de la gaine de myéline, acné, [18] arthrite, gingivite, maladie invalidante des os, douleurs articulaires au niveau des genoux [19], maladie de la thyroïde, [20] fracture de la hanche, hyperactivité, motilité du sperme endommagée, [21] augmentation de l’infertilité, [22] perturbation de la synthèse du collagène, [23] gastrite, système immunitaire inhibé, altération du métabolisme du glucose, éruptions cutanées, développement des os perturbé, [24] mutation cellulaire, nausées, décoloration des dents, miction fréquente, empoisonnement, altération de l’ADN et QI réduit. [25] Allez-y et demandez à votre dentiste si le fluor vous convient !

Bien qu’on nous ait dit que le fluor dans l’eau du robinet et dans les produits de soins dentaires renforcent les os et qu’ils sont vendus, ils fragilisent et durcissent la peau en empêchant la production de collagène. «Contrairement à la folie marketing, la carie dentaire n’est pas causée par une carence en fluor ! L’EPA des États-Unis a indiqué que le fluor figurait sur sa liste des produits substantiellement neurotoxiques. Le fluor montre qu’il interfère avec la chimie corporelle, endommageant les gencives, perturbant la production de collagène et réduisant l’activité enzymatique. Le fluor s’accumule dans le corps, en particulier dans la glande pinéale, diminue le QI, forme des dépôts cérébraux qui ont été liés à la maladie d’Alzheimer, favorise la puberté à un stade précoce, et la liste s’allonge encore et encore.»[26]

Avec tous ces effets secondaires documentés, le fluor n’est peut-être pas la solution pour garder ses dents en bonne santé, naturellement. Pour bien comprendre comment se forment les caries, nous devons comprendre comment les dents sont nourries et nettoyées de l’intérieur par un liquide lymphatique dentaire.

Des dents tachées, fragiles, en voie de désagrégation et teintées sont le résultat de l’incompréhension que nos dents sont vivantes et intimement liées au corps, au sang et à la lymphe. C’est grâce à cette connexion systémique que certains médicaments et produits chimiques, tels que les antibiotiques et le fluor, contribuent à la fragilisation, à la décoloration et même à l’éffritement des dents en supprimant le système lymphatique des dents, actif dans le cas de dents saines. Cela affecte la minéralisation des os et des dents, la santé nerveuse, la diversité microbienne, le pH de la salive et la fonction endocrinienne.

 

nhia-moua-dentier-dent 

Comment optimiser votre santé buccale : la brosse à dents invisible

Les dents sont alimentées à partir de leurs racines par le système lymphatique dentaire, comme les racines des arbres qui captent les nutriments via la sève. Le flux lymphatique dentaire est un système toroïdal : le liquide lymphatique tourne vers l’intérieur et vers le haut dans le cœur de la dent, la chambre pulpaire. Il coule à travers la dent et sur l’émail. Comme de la sueur microscopique, ces minuscules gouttelettes se regroupent à la surface de l’émail, formant une couche de fluide qui empêche la formation d’un bio-film et se mêle à la salive pour lubrifier et communiquer avec le microbiome de la bouche.

Agissant relativement de la même façon que le système lymphatique du corps, il existe un flux microscopique de fluide impliqué dans les soins des dents saines qui prend naissance près de la région intestinale et qui circule vers le haut et l’extérieur à travers les dents, éliminant les toxines, fournissant des nutriments pour la matrice minérale des dents et repoussant le bio-film microbien à la surface des dents pour prévenir la carie dentaire, les maladies des gencives et maintenir une bouche en bonne santé. Lorsque cette sécrétion lymphatique dentaire est correctement métabolisée et fonctionnelle, elle agit comme une brosse à dents invisible, prévenant la carie, inhibant la pénétration d’agents pathogènes et neutralisant les acides à la surface de la dent. Cependant, ce flux lymphatique dentaire peut stagner et même totalement s’inverser. Le régime alimentaire et les hormones sont les principaux activateurs de ce système auto-nettoyant. Certains produits chimiques et médicaments, ainsi qu’un régime alimentaire composé d’aliments transformés, de sucre et de glucides, qui fait monter les niveaux d’insuline et déséquilibre les hormones, entraînent un renversement du système lymphatique dentaire. Lorsque cela se produit, les capillaires de la dent aspirent des bactéries, comme une paille, et d’autres microbes les faisant passer de la bouche à la dent, provoquant ainsi une infection et la formation d’un bio-film dans la chambre pulpaire et les tubules dentaires. Ce système auto-contaminant provoque une «dent qui fuit» et c’est la genèse de la carie.

Une carie est une infection de la dent. Comme toutes les plaies, elle a la capacité de guérir. Les dents sont vivantes ! L’état actuel de vos dents et de votre bouche peut évoluer avec de meilleurs soins dentaires. Le docteur Ralph R. Steinman, le même dentiste qui a prouvé scientifiquement l’existence du système lymphatique dentaire [27], a montré que la supplémentation en magnésium et en phosphore réduisait le taux de carie de 86% [28]. Le Dr Melvin Page a confirmé cela en constatant que lorsque les concentrations sanguines de phosphore étaient inférieures à 3,5, des caries commençaient à se former [29]. En outre, le Dr Weston Price, ancien président de l’ADA, a conclu que les vitamines D3 et K2 liposolubles (voir aussi cette vidéo pour l’apport en vitamine K2) inversaient et inhibaient la décomposition. Les amalgames sont des solutions-pansements et sont susceptibles d’entraîner des caries à répétition. Alors que lorsque les causes sous-jacentes des caries sont trouvées et éliminées et que le flux lymphatique dentaire est rétabli, les dents se reminéralisent et sont plus résistantes aux caries par la suite.

 

Dent soins 

La ménagerie microbienne de la bouche: comment l’optimiser pour une meilleure santé

Il y a plus de bactéries dans un baiser que de personnes sur la planète. Nos bouches sont une ménagerie microbienne. En tant qu’humain holobionte abritant ces microbes, nous avons forgé une alliance évolutive et ancienne élaborée. Un bon hôte fournit un foyer stable, aimant et une alimentation nutritive à ses amis de la flore. En retour, ces microbes micro-gèrent notre corps en digérant les aliments et en sécrétant des substances biochimiques utiles. Ce sont également des sentinelles sensibles qui renforcent notre immunité tout en empêchant la prolifération d’agents pathogènes parodontaux, l’excrétion d’endotoxines et la colonisation de la communauté.

La clé de la santé bucco-dentaire consiste à maintenir un microbiome diversifié et équilibré sur le plan écologique. Contrairement à cela, nous avons été pris au piège, pratiquant une politique de la terre brûlée avec les soins en parodontie et dentaires. Produits chimiques pour le blanchiment des dents, amalgames, bains de bouche et fluor, tensioactifs moussants des dentifrices, bombes atomiques que sont les antibiotiques sur les bactéries, repas bien mastiqués à base de glyphosates et de pesticides, traitements des canaux radiculaires soignant les infections localisées, absorption en masse de mercure, de titane et de nickel – tous ont brûlé l’intelligence de notre habitat oral. Cette défoliation de notre flore buccale a entraîné la disparition et la mutation de microbes, ce qui a entraîné des changements écologiques complexes du microbiote résidant, entraînant gingivite, halitose, caries, muguet, gencives qui saignent et déchaussement. Notre bouche, jadis un micro-habitat humide d’homéostasie, devient une oasis d’activité anaérobie, dépourvue d’oxygène, grignotant notre immunité et envoyant des maladies systémiques dans le corps.

Tout comme les aliments toxiques et les produits chimiques irritants provoquent des micro-perforations dans les intestins, le nettoyage et la friction de nos gencives avec des médicaments mutants et des produits chimiques caustiques provoquent des micro-perforations gingivales. Normalement les bactéries de notre bouche ne pénètrent pas dans notre circulation sanguine, mais les procédures et produits dentaires peuvent perforer l’épithélium, la peau de notre bouche, qui n’a que l’épaisseur d’une cellule, permettant ainsi l’entrée des bactéries dans la circulation sanguine. Lorsque les bactéries et la plaque, qui causent la carie dentaire et les maladies des gencives, pénètrent dans notre système circulatoire, elles provoquent une cascade d’inflammations, libérant des cytokines et des protéines C-réactives.

Une bouche saine est un intestin sain et vice versa. Nous sommes passés de l’âge d’apparence dorée des antibiotiques à une véritable résistance anarchique aux antibiotiques. En moyenne, un bébé reçoit trois traitements antibiotiques au cours des deux premières années de sa vie. À dix ans, il en a reçu huit autres. À vingt ans, il en a reçu dix-sept et à quarante ans, il en a reçu trente au total ! [30]

L’exposition aux antibiotiques est omniprésente, dans l’eau de boisson et dans les aliments non biologiques des supermarchés. Les antibiotiques sont des assassins aveugles. Toutes les bactéries résistantes survivantes mutent rapidement et plongent dans les niches vides fabriquées par les antibiotiques. Bientôt des bio-films pathogènes fleurissent et nous ne sommes plus protégés contre les infections. Il est important de garder l’utilisation des antibiotiques pour les crises mettant en jeu le pronostic vital, plutôt que de les ingérer à des doses quotidiennes qui érodent notre immunité.

Notre corps abritera toujours une population d’agents pathogènes. Le bon équilibre consiste à faire en sorte que les bonnes bactéries dépassent de loin les mauvaises. Par exemple, même des bouches saines sont des foyers de Streptococcus mutans responsable des caries. Certaines recherches suggèrent que ce qui pourrait rendre S. mutans virulent, c’est qu’il manque ses anciens amis bactériens. Ce pathogène particulier ne pose un problème que lorsque il forme un bio-film et adhère à la surface de la dent. Normalement, les agents pathogènes existent dans un état planctonique, flottant dans l’écosystème de notre corps. Mais lorsqu’ils grandissent en nombre, ils peuvent gagner en force en communiquant via la détection du quorum, ce qui leur permet de se coloniser dans un bio-film. La détection du quorum est la façon dont les agents pathogènes communiquent pour coordonner le comportement du groupe et réguler l’expression des gènes. Un bio-film est une colonie dense de microbes qui adhère aux surfaces et s’entoure de sécrétions collantes. Une couche de plaque mucopolysaccharidique est produite autour de la colonie, ce qui forme une barrière imperméable aux antibiotiques. Pourtant, les antibiotiques sont souvent prescrits pour les maladies buccales.

La plaque dentaire est un bio-film qui peut empêcher les agents pathogènes oraux existants de s’épanouir ou servir de refuge aux agents pathogènes pour qu’ils se cachent du flux salivaire alcalinisant. Dans le cas de dents et de bouche saines, un équilibre bactérien oro-écologique maintient les bio-films en santé et équilibrés. Mais la plaque est un nid idéal pour les germes. Cela empêche les dents de respirer et empêche la salive et le liquide lymphatique dentaire de nettoyer les dents avec un revêtement protecteur.

Pour rétablir l’équilibre du microbiome de la bouche, nous avons besoin de stratégies pour inhiber la détection du quorum qui forme les bio-films. Nous devons perturber la puissante cohésion des citadelles colonisées sur les surfaces et les crevasses de la bouche. Il existe de nombreuses recherches sur les techniques qui inhibent la détection du quorum. Dans diverses études, des huiles essentielles telles que la cannelle, la menthe poivrée, l’arbre à thé (tea tree), l’encens et la girofle ont montré des résultats prometteurs en ce qui concerne la réduction de l’activité de détection du quorum. Dans une étude, l’huile de girofle réduisait jusqu’à 70% le taux de quorum détecté ! [31]. Ces huiles essentielles montrent une activité anti-infectieuse pouvant coexister avec notre flore lors du nettoyage des agents pathogènes parodontaux et de la reminéralisation des dents. Maintenant nous avons des études scientifiques confirmant la sagesse ancestrale de l’utilisation de plantes biotiques pour maintenir la santé et l’écologie naturelles de la bouche. »

 seb-p34k-hamel-dent-homme-sourire

 

Voilà bien des informations auxquelles vous n’aurez pas facilement accès et qui méritent pourtant d’être connues du plus grand nombre !

Dans une seconde partie, je vous traduirai les techniques spécifiques de Nadine Artémis pour une hygiène et une santé optimales de votre bouche.

En attendant, vous pouvez déjà jeter votre dentifrice traditionnel même bio et vous diriger vers un dentifrice vraiment naturel.

Dentifrice Neem

 

Nadège 

 

 

Références

[1] “Dentists Vary Widely on Diagnosis and Cost,” CBC News Canada, October 18, 2012, www.cbc.ca/news/canada/dentists-vary-widely-on-diagnosis-and-cost-cbc-marketplace-finds-1.1279371.

[2] William Ecenbarger,“How Dentists Rip Us Off,” Reader’s Digestwww.dentistat.com/ReaderDigestArticle.pdf.

[3] James Wynbrandt, The Excruciating History of Dentistry:Toothsome Tales & Oral Oddities from Babylon to Braces, 1st ed. (New York: St. Martin’s Griffin, 2000), 181.

[4] “Amalgam/Mercury—Dental Filling Toxicity,” Huggins Applied Healing, www.hugginsappliedhealing.com/amalgam-mercury-dental-filling-toxicity/

[5] U.S. Environmental Protection Agency, “Mercury Releases and Spills,” www.epa.gov/mercury/spills/.

[6] Parin Shah, January 22, 2004, www.fda.gov/ohrms/dockets/dockets /06n0352/06N-0352-EC22-Attach-6.pdf.

[7] G. Sällsten, J. Thorén, L. Barregård, A. Schütz, and G. Skarping, “Long-Term Use of Nicotine Chewing Gum and Mercury Exposure from Dental Amalgam Fillings,” Journal of Dental Research 75, no. 1 (January 1996): 594–98.

[8] Jay W. Friedman, “The Prophylactic Extraction of Third Molars: A Public Health Hazard,” American Journal of Public Health 97, no.

[9] (September 2007): 1554–59.[9] Ibid.

[10] Corinne Vizcarra, “Incidence Levels and Chronic Health Effects Related to Cavitations,” www.biodentistrydrvizcarra.com/?s=8&sub=8.

[11] The Tooth Truth: Cavity-Free Conversations with Dentists, Doctors and Health Heroes (White Lake, ON: The Raw Divas, Inc., December 1, 2012), www.wishsummit.com/book.

[12] Erwin P. Vernon, DDS, “Ozone and Root Canals,” The Holistic Dentist, April 20, 2012, http://theholisticdentist.wordpress.com/2012/04/20/ozone-root-canals/.

[13] Stuart M. Nunnally, “In Vitro Enzymatic Inhibition Associated with Asymptomatic Root Canal Treated Teeth: Results from a Sample of 25 Extracted Root Fragments,” Journal of Minerals, Metals, and Materials Society 27, no. 3 (2012): 112–16, https://iaomt.org/wp-content/uploads/Nunnally-RC-Enzyme-Inhibition.pdf.

[14] See Nadine Artemis, Holistic Dental Care: The Complete Guide to Healthy Teeth and Gums (Berkeley, CA: North Atlantic Books, 2013) for questions to ask your dentists before making an appointment.

[15] R. F. Gerlach, A. P. de Souza, J. A. Cury, and S. R. Line, “Fluoride Effect on the Activity of Enamel Matrix Proteinases in Vitro,” European Journal of Oral Sciences 108, no. 1 (2000): 48–53.

[16] Marilyn Chase, “Rat Studies Link Brain Cell Damage with Aluminum and Fluoride in Water,” Wall Street Journal, October 28, 1992.

[17] Michael Connett, “Mechanisms by Which Fluoride May Reduce Bone Strength,” April 2012, http://fluoridealert.org/studies/bone06/.

[18] Milton A. Saunders Jr., “Fluoride Toothpaste: A Cause of Acne-like Eruptions,” Archives of Dermatology 111 (1975): 793.

[19] H. A. Cook, “Fluoride Studies in a Patient with Arthritis,” The Lancet, October 9, 1971.

[20] National Research Council, “Fluoride in Drinking Water: A Scientific Review of EPA’s Standards,” NRC (2006): Fluoride’s Impact on the Thyroid Gland, 2006, 224–236, http://fluoridealert.org/studies/nrc_thyroid/.

[21] Michael Connett, “Fluoride’s Effect on the Male Reproductive System,” April 2012, http://fluoridealert.org/studies/fertility01/.

[22] Ahmad Al-Hiyasat, “Reproductive Toxic Effects of Ingestion of Sodium Fluoride in Female Rats,” Fluoride 33, no. 2 (2000): 79–84, http://fluoridealert.org/wp-content/uploads/al-hiyasat-200011.pdf.

[23] M. Bely, “Changes in Collagen Structure of Bone Tissue in Experimental Fluorosis,” http://fluoridealert.org/wp-content/uploads/bely-1988.pdf.

[24] Joel Griffiths, “Fluoride Linked to Bone Cancer in Fed Study,”December 28, 1989, http://fluoridealert.org/articles/ntp01/.

[25] “Impact of Fluoride on Neurological Development of Children,” Harvard School of Public Health, July 25, 2012, www.hsph.harvard.edu/news/features/fluoride-childrens-health-grandjean-choi/.

[26] S. J. Padillaetal., “Building a Database of Developmental Neurotoxitants: Evidence from Human and Animal Studies,” Neurotoxicology Division, Environmental Protection Agency, 2009, https://cfpub.epa.gov/si/si_public_record_report.cfm?dirEntryId=200234; Artemis, Holistic Dental Care, 20

[27] For further scientific research, explore the book about Dr. Ralph R. Steinman’s pioneering work: Clyde Roggenkamp, Dentinal Fluid Transport (Loma Linda, CA: Loma Linda University Press, 2005).

[28] Ralph R. Steinman and John Leonora, “Effect of Selected Dietary Additives on the Incidence of Dental Caries in the Rat,” Journal of Dental Research 54 (May 1975): 570–77.

[29] Melvin Page,Your Body Is Your Best Doctor, rev. ed. (New Canaan, CT: Keats, 1991).

[30] Blaser, Missing Microbes.