Où est notre conscience au moment des fêtes… ?

Entourés, envahis, inondés, submergés, hypnotisés, … (et pour certains : « éblouis »...) que nous sommes en ce moment dans notre beau pays de France par l’abondance alimentaire et j’ai envie de dire l’orgie, dans tous les magasins, les marchés, les vitrines, les magazines, je me demande si le peu de conscience (hélas) de la grande majorité des consommateurs ne sera pas complètement anesthésié par une forme d’avidité naturelle lui interdisant de réfléchir un peu -un tout petit peu- sur l’origine des produits qu’elle s’apprête à dévorer durant les fêtes à venir !

Car tous les médias se mettent en quatre pour attiser chez le consommateur ce qui est le moins noble dans sa personnalité : envie… avidité… orgueil… jusqu’à le faire craquer, mis K.O. par la puissance de ses faiblesses face à son peu de volonté.

noel-table

Je fais abstraction évidemment de ceux qui compteront leurs maigres centimes d’euros et se contenteront d’un minimum, comme tous les autres jours de l’année, et pour qui on ne peut que faire preuve de compassion quand on est dans l’impossibilité de les aider. Leur prise de conscience peut alors être légitimement évincée par le simple instinct de survie…

Mais tous les autres pourraient profiter de ces fêtes que l’on dit « de l’Amour » (même ceux qui vont compter leurs sous, comme beaucoup le feront sans nul doute durant ces fêtes), pour faire preuve de cohérence avec leurs beaux principes afin de se pencher sur l’origine de ce qu’ils vont consommer avec tant de plaisir…
Y aurait-il des souffrances infligées aux plus faibles, n’ayant pas droit à la parole (Hommes ou animaux), pour satisfaire quelques flamboyantes minutes de satisfaction gustative ?

Au fil des années, pour ma part, cette question est devenue de plus en plus obsédante, harcelante, jusqu’à modifier les goûts au quotidien de la gourmande invétérée que je suis par nature. Parce que notre planète nous offre pléthore d’alternatives pour peu que nous ayons la volonté, la motivation, et peut-être la sensibilité, suffisantes pour nous y intéresser et que nous nous soyons (par un travail intérieur souvent) libérés des chaînes de certaines « traditions » ou coutumes qui ne se maintiennent que parce que nous y participons tout simplement mécaniquement, dans l’inconscience la plus totale, sans jamais nous poser aucune question sur leur légitimité.

A nous de créer de nouvelles « traditions »… illuminées par la lumière de notre conscience, et dans la Joie de celle-ci !

Pour illustrer ces quelques réflexions personnelles je vous invite à lire cet excellent article publié chez « Alternative Santé », ou encore à lire et à participer à cette pétition.

 

Pour des fêtes véritablement et profondément JOYEUSES,
pensez aux alternatives saines, équitables, respectueuses de la Terre, de l’Humain et des animaux :
elles existent !
Il suffit de faire l’effort de les chercher…

 

Colette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer