Luttes pour le climat : incohérences et poudre aux yeux

C’est d’actualité, les médias nous en rebattent les oreilles : Tous les humains semblent actuellement se lever dans nombre de pays à travers le monde pour crier leur colère, pour vouloir des changements de politique environnementale, pour exiger des actions marquantes…. etc… etc… et ça c’est incontestablement un signe de réveil, ne crachons pas dans la soupe. Cependant ne nous leurrons pas non plus :

Que fait VRAIMENT l’individu lambda, le manifestant qui hurle au scandale et envoie des ultimatums à ses gouvernants ?
Qu’a-t-il, lui, changé dans sa propre vie pour favoriser un meilleur état de l’environnement ?

 De nouvelles journées de mobilisations climatiques sont prévues, en France et dans le monde, ces vendredi et samedi.

Les jeunes qui crient leur inquiétude, banderoles levées au bout des bras :

  • Ont-ils renoncé à leur sacro-saint Mac Do (ou un autre nom de votre choix), aux « nuggets » de poulet et autres burgers au fromage et au bœuf ?
  • Ont-ils renoncé à leurs boissons « énergétiques » (qui énergétisent surtout le fabricant) ou autres sodas sucrés ou « allégés » ?
  • Ont-ils décidé de ne plus acheter le dernier jean ou la dernière chaussure à la mode ? le dernier smartphone… ou autre « phone », alors qu’ils font pourtant la queue au premier magasin qui annonce sa mise en vente ?
  • S’inquiètent-ils vraiment de la provenance et du contenu de leurs aliments ?

 

Les manifestants d’âge moyen (souvent parents des précédents) :

  • Ont-ils changé leur moyen de transport ?
  • Ont-ils décidé de ne plus partir régulièrement en vacances à l’autre bout du monde alors qu’ils pourraient prioritairement découvrir leur propre région ?
  • Vont-ils arrêter de se jeter sur le dernier modèle de TV, avec l’écran le plus grand possible ?
  • Ont-ils décidé d’utiliser plus largement les transports en commun plutôt que le confort individuel de leur voiture personnelle (quand l’alternative est possible, évidemment) ?
  • Prennent-ils désormais plus de douches que de bains ? (et une douche de 3/4 minutes peut largement suffire pour être « propre »)
  • Ont-ils changé le contenu de leur assiette en renonçant à TOUS les produits animaux (énergivores et premiers pollueurs) ?

 

Les plus âgés, toujours prêts à critiquer les plus jeunes :

  • Ont-ils décidé de ne pas rester « accrochés » à leurs habitudes diverses et variées, sous le prétexte fallacieux qu’ils l’ont « toujours fait » ?
  • Ont-ils décidé de réfléchir à l’utilité de toutes leurs « pilules » de médicaments qui, souvent (pas « toujours »), pourraient être réduites ou supprimées en changeant de mode de vie ?
  • Ont-ils décidé de changer leurs achats alimentaires pour renoncer à la viande de toutes sortes, au fromage (mais c’est tellement bon) : on ne va pas se priver de « TOUT »… tout de même… sinon : à quoi bon vivre ? ;-)  (Ne serions-nous donc que des estomacs sur pattes ?)

 

Moi, ça me gonfle, pour parler vulgairement, tous ces manifestants qui manifestent pour se donner bonne conscience, signent des pétitions, partagent des posts sur Facebook ou tweetent à qui mieux mieux et dorment ensuite sur leurs deux oreilles, pensant avoir ainsi fait leur devoir de citoyen du monde… car, Eh bien NON, ils n’ont rien fait du tout ! Du moins aussi longtemps qu’ils n’ajusteront pas leur propre vie à leurs récriminations publiques et spectaculaires.
Les véritables changements sont le plus souvent discrets, silencieux, volontaires, progressifs et, pour ces raisons : efficaces. C’est une règle valable aussi bien pour l’individu que sur une plus grande échelle.

 

Car enfin, ouvrons les yeux, si la Terre se meurt de la pollution (entre autres causes plus naturelles),
c’est bien parce qu’il y a des POLLUEURS.
Si ces pollueurs peuvent polluer c’est parce qu’ils produisent des polluants…


et il suffit donc d’arrêter d’acheter leurs produits :
qu’ils soient alimentaires, électro-ménagers, textiles, cosmétiques, ou autres.
CHANGEZ VOS ACHATS, et en premier lieu : CHANGEZ le contenu de votre ASSIETTE !


Un producteur qui ne vend plus ses produits change de production.
C’est votre porte-monnaie qui peut faire changer les choses,
PAS vos pancartes de manifestants !

Pas plus d’ailleurs que les milliers de pétitions qui fleurissent sur le Web…
et ne sont pas tout-à-fait inutiles

 

Mais c’est tellement plus drôle d’aller manifester. L’occasion d’une petite bouffe (pas forcément très « écologique ») entre copains, d’une sortie loin du boulot ou du lycée, pleinement justifiée… Bien plus agréable que de ré-examiner, au quotidien et dans le détail, son propre mode de vie et ses choix alimentaires si dépendants de nos addictions.
Et c’est tellement plus facile de demander aux « autres » (Gouvernements, laboratoires, entités floues et non identifiées…) de changer les choses !

Je suis volontairement sévère, un peu/beaucoup juge aussi et sûrement provocatrice… ce que je dis ne s’applique évidemment pas à tous (et sûrement pas à la majorité de nos lecteurs fidèles, déjà acquis à cette cause) ! Mais hélas, les faits sont là : cela s’applique bien à la majorité des humains sinon nous n’en serions pas là où nous en sommes aujourd’hui et le ras-le-bol est atteint, voire dépassé.

Car enfin, certains hurlent « au feu » et s’époumonent depuis des décennies : dans ma vingtaine (il y a plus de 50 ans… déjà  :cry:  !) on me prenait pour une « illuminée » (finalement : un compliment :-D ) ! Et l’aggravation s’est accentuée au fil des années.

Hélas, il est très rusé le « progrès technologique » : il nous rend dépendant. Confort, facilité, avidité, paresse, égocentrisme, distractions, avant tout le reste ! Il se trouve désormais, malheureusement, que ce « reste », c’est notre PLANÈTE et sa survie.

 

Alors, que faire tout seul dans son petit coin pour participer efficacement à un changement ?
Commencer par l’acte le plus simple (enfin… ça reste encore à voir ;-) !), le plus rapide, le plus impactant sur l’économie mondiale et l’environnement :
CHANGER d’ALIMENTATION !

 Fruits et légumes

Je n’insisterai pas ici, ce n’est pas vraiment le sujet, sur la prédominance absolue et indiscutable des effets éminemment positifs de l’alimentation végétalienne, à la fois:

  • sur la santé de ses pratiquants (De nombreux articles/vidéos ont déjà été publiés* sur notre blog, et par ailleurs les études scientifiques s’accumulent désormais par milliers sur ce sujet ; le seul inconvénient : sa pratique parfois fantaisiste qui peut la rendre dangereuse)
  • sur la santé de la Planète et sa pérennité.

 

* Parmi beaucoup d’autres :

 

Ce que je voudrais souligner ici c’est que les meilleures intentions peuvent aboutir aux pires conséquences

En effet, depuis plus de dix ans que nous animons ce blog nous avons pu assister à l’explosion de l’alimentation vivante, végétalienne, bio, consciente et c’est un véritable plaisir.

MAIS, le revers de la médaille c’est que nous avons vu aussi une explosion de la consommation de produits exotiques, venus de très loin pour nous ici en France (évidemment nos lecteurs lointains ne sont pas concernés) et qui ont tendance à inciter ces nouveaux adeptes à consommer, toute l’année, des noix de coco au quotidien, des avocats, ananas, mangues, et autres délices, qu’elle qu’en soit la véritable saison : sachez en faire une occasion festive, pas plus !

 

Noix de coco sur arbreNoix de coco sur l’arbre

 

Par ailleurs, il me semble cruel de se flageller en s’en privant complètement (après, chacun décide de sa conduite !). Sachons aussi profiter de toutes les merveilles de la Nature ; il se trouve que ces merveilles-là devraient rester occasionnelles, festives et biologiques (autant que faire se peut). Autour de nous les végétaux nous offrent tout ce dont nous avons besoin : allez visiter vos maraîchers (Bio, de préférence et quand c’est possible), faites des cueillettes sauvages, partagez vos surplus de jardins.

 

L’incohérence vous menace sur votre chemin d’amélioration alimentaire.
Sachez faire preuve de discernement, d’intelligence, de stratégie et de créativité
(
en remplaçant un aliment par un autre dans une recette trop « exotique » pour vous, mais qui vous tente : un oléagineux par un autre plus « local », un fruit acidulé par un autre, un légume vert par un autre… etc.)

 

Trop de végétariens/végétaliens/omnivores/crudivores/flexitariens s’arrêtent à leur petit plaisir personnel et ne poussent pas suffisamment la réflexion pour prendre conscience des conséquences en chaîne de leurs choix. Et NON, ce n’est pas une question de revenus… mes propres moyens financiers en sont la preuve, c’est une question de conscience d’abord et de connaissances nutritionnelles ensuite.

Bien sûr que l’alimentation exclusivement végétale ne règlerait pas tous les problèmes environnementaux, qu’il y a aussi bien d’autres paramètres à examiner. Mais s’il faut commencer par quelque chose qui relève de la décision individuelle, pourquoi ne pas se demander :

Qu’elle est l’utilité et la justification de continuer à tuer des millions d’animaux chaque jour
(plus de 60 milliards par an…)

alors que cela n’est absolument pas nécessaire pour notre santé ?

(Film à voir absolument ; il vous parlera mieux que ce modeste article – sous-titrage en français)

 

Il a été officiellement reconnu (j’ai oublié le nom de l’Administration qui en a fait l’annonce, mais sur demande je pourrais la retrouver), que le responsable N° 1 de la dégradation environnementale est l’élevage animal (destiné évidemment à l’alimentation humaine).
Et je comprends d’autant mieux l’hermétisme obstiné de la plus grande partie de notre population française à l’idée d’abandonner tout produit animal, et surtout le fromage… pour avoir été moi-même une dévoreuse passionnée de fromages durant des décennies (jusqu’à faire des repas exclusifs de fromages) :-(   … étant ainsi une preuve vivante qu’on peut toujours changer, quand on finit par prendre vraiment conscience des conséquences de ses choix alimentaires !

Mais cette cause reste plus ou moins taboue… Intérêts financiers ou politiques obligent.

 

Résultat de recherche d'images pour "quand le dernier arbre sera coupé"

 

En guise de conclusion, je vous propose de profiter de toutes ces manifestations « planétaires » pour pousser plus avant votre propre réflexion sur le sujet !

Et que votre assiette reste et demeure un plaisir renouvelé, quels que soient vos choix…, les plus écologiques je l’espère.

 

Pour en savoir plus sur nos empoisonnements quotidiens, qui empoisonnent aussi notre Planète, je ne saurais trop recommander ce livre :

 

Livre - Le crime est presque parfait

Même quand on est déjà informé, qu’on a depuis longtemps perdu ses illusions, on ressort de cette lecture littéralement « assommé » par l’étendue de la folie des Hommes.

Ne rêvons pas : derrière chaque lobby, chaque conglomérat, chaque entreprise quelle que soit sa taille et son pouvoir, chaque instance gouvernementale, il y a forcément des humains qui prennent des décisions… Humains qui ont une famille (conjoint, enfants, petits-enfants…). On peut légitimement se demander s’ils ont un cerveau qui leur permet de penser aux conséquences de leurs actes et de leurs choix sur l’avenir de leurs descendants.

Seraient-ils vraiment décérébrés ? Lobotomisés ? Drogués ? Car, quoi qu’ils en pensent, c’est TOUS les humains qui sont/seront touchés, leur propre famille ne sera pas exclue de l’hécatombe !

 

Colette