Foie gras humain : les sucrants impliqués

Quand on évoque le foie gras c’est plutôt chez les non-véganes au moment des fêtes pour se régaler d’un mets considéré comme exceptionnel par les gastronomes… qui sont tellement dépendants de leurs papilles gustatives qu’ils en oublient que le foie qu’ils dégustent est un foie malade, hypertrophié grâce aux soins « attentifs » de ceux qui élèvent leurs porteurs (canards ou oies).

Hélas, cette « maladie » du foie touche maintenant les humains qui, inconsciemment cette fois, transforment cet organe initialement sain en un foie malade par l’effet de nouvelles habitudes alimentaires, amenées à la fois par de nouveaux modes de vie et par la pression permanente de l’industrie agro-alimentaire. C’est ce qu’explique l’article ci-dessous, écrit par Brian Clement de l’Institut Hippocrate :

Sucrants et foie gras humain

La maladie du foie gras a été couramment considérée comme une maladie sérieuse survenant principalement chez les alcooliques, mais tout a changé durant les trois dernières décennies comme la consommation croissante de fructose a explosé jusqu’à un état désormais généralisé, nommé maladie du fois gras non-alcoolique.

Cet état survient quand le foie humain a des difficultés à briser les graisses avec pour résultat que ces graisses s’accumulent dans le foie provoquant un état médical mettant potentiellement la vie en danger. Avec cette inflammation arrivent les cicatrices des tissus du foie et, au fil du temps, un échec du fonctionnement du foie peut se développer.

Assez souvent arrivent des symptômes sévères indiquant que la maladie du foie gras non-alcoolique (NAFLD) est en train de se développer. Quelques signaux peuvent inclure une douleur récurrente dans la partie supérieure droite de l’abdomen et une fatigue chronique.

Parce que le fructose est transformé dans le foie, ce qui n’est pas le cas des autres types de sucres, le foie est surchargé par les quantités élevées de fructose du sirop de maïs et des autres types de fructose désormais trouvés dans les régimes occidentaux. De petites quantités de fructose peuvent être gérées par un foie sain, cependant les quantités provenant des boissons sucrées et des aliments transformés ne peuvent pas être transformées correctement même par le plus sain des foies humains. Pas plus que ne le peuvent les grosses quantités de fruits ou de leurs jus, y compris les jus de carottes et de betteraves riches en fructose.

La plupart des consommateurs n’ont aucune idée du fructose qu’ils consomment, et encore moins combien le fructose est dangereux pour leur santé. Cette ignorance -et les dangers pour la santé qui l’accompagnent- a été intentionnellement perpétuée par les industries des aliments et boissons transformés.

Une analyse de laboratoire de 23 boissons sucrées populaires, faite en 2011, a trouvé que les fabricants trompent en permanence le public en indiquant sur leurs étiquettes un contenu plus bas en fructose et en sucre que ce que les produits contiennent réellement. Publiée dans le journal médical Obésité, les auteurs de l’étude ont découvert « que le contenu total en sucre des boissons vont jusqu’à 128% de plus que ce qui est indiqué sur les étiquettes. »

Un résultat direct des aliments et boissons transformés étant chargés de fructose est que 31% des adultes américains et 13% des enfants ont maintenant développé à un quelconque degré la maladie du foie gras non-alcoolique (NAFLD).

Les cas sévères de NAFLD progressent vers un état appelé stéatohépatite non-alcoolique, dans lequel le flux vital du sang dans le foie est limité. L’organisation scientifique médicale à but non lucratif, SugarScience, estime que jusqu’à 6 millions de personnes aux États-Unis souffrent désormais de cet état (les taux ont doublé en juste quelques décennies) et est devenu l’une des raisons premières des transplantations de foies.

Un problème supplémentaire de santé causé par la consommation de fructose est le développement de la graisse abdominale, parfois appelée « ventre sucré ». Comme les cellules graisseuses s’accumulent autour de la partie médiane du corps, des déséquilibres hormonaux sont créés dans l’organisme. Ces déséquilibres accélèrent l’apparition de nombreuses maladies, allant du cancer et du diabète jusqu’aux maladies cardiaques et même à la maladie d’Alzheimer.

 

Preuves supplémentaires associant les sucrants à la maladie du foie gras non-alcoolique

« Nous avons examiné l’association transversale entre la prise de boissons sucrées et la maladie du foie gras chez les 5.908 participants de l’étude Framingham Offspring and Third General cohorts. Nous avons observé que la consommation régulière de boissons sucrées était associée à un plus grand risque de maladie du foie gras, particulièrement chez les individus en surpoids ou obèses. »

Sugar-sweetened beverage, diet soda, and fatty liver disease in the Framingham Heart Study cohorts. Ma J. Et al. J Hepatol. 2015 May 29;SO168(15)00240–8.

 

« L’objectif de cette étude était de mesurer le métabolisme/absorption du fructose dans la maladie pédiatrique du foie gras non-alcoolique (NAFLD) comparé aux contrôles des obèses et des minces. Les enfants avec une NAFLD prouvée histologiquement et les contrôlés  obèses et minces ont reçu du fructose oral.

Les contrôles de sujets porteurs de NAFLD versus des sujets minces ont révélé chez les premiers, après une ingestion de fructose, un sérum élevé de glucose, d’insuline et d’acide urique mais une excrétion plus basse de fructose. Les enfants avec NAFLD absorbent et métabolisent le fructose plus efficacement que les sujets minces, en association à un profil métabolique exacerbé à la suite de l’ingestion de fructose. »

Oral fructose absorption in obese children with non-alcoholic fatty liver disease. Sullivan JS. Et al. Pediatr Obes. 2014 Jun 24

 (Traduction de cet article)

 

En ce qui concerne les troubles liés aux « sucres », cet article  et celui-ci pourraient être relus avec profit.

Colette