Est-ce que vous mangez ces végétaux dangereux ?

Solanacées 2

 

Manger végétal, n’est pas tout-à-fait sans danger ! Cela dit ce que je vais vous apprendre, intéressera toute personne consommant un tant soit peu de légumes, quel que soit son régime alimentaire.

Il s’agit donc d’une information à diffuser largement.

Car les végétaux dont je vais vous parler ne sont évidemment pas des champignons vénéneux ou autres végétaux normalement connus de tous pour être dangereux. Non ! Ce sont des légumes très souvent consommés, que l’on soit carnivore, végétarien, végétalien ou crudivore.

Si vous souffrez d’inflammations du type arthrite, rhumatismes, migraines, maux de tête que même les médicaments ne soulagent pas ou plus, il se pourrait que la réponse à votre problème vienne du côté des végétaux que vous consommez !

Ces végétaux à considérer avec méfiance sont un groupe de plantes très connues, les solanacées, une famille qui contient plus de 2000 variétés de plantes, dont certaines sont particulièrement appréciées pour leur goût alors que d’autres se contentent d’orner très joliment nos jardins !

Nous en consommons presque tous sans savoir que ces végétaux peuvent? en fait, être dangereux pour certains d’entre vous et qu’ils peuvent aggraver certaines maladies.

Dans cette catégorie dont il faut se méfier, vous trouvez les tomates, les pommes de terre (hormis les patates douces qui, elles, ne présentent aucun problème), tous les poivrons et piments et les aubergines ! Pourquoi sont-ils dangereux ? Parce qu’ils contiennent un certain alcaloïde inflammatoire, la solanine.

La solanine est une substance produite par les plantes pour les protéger contre les insectes et les empêcher de les manger avant qu’elles soient mûres. La solanine interfère avec les enzymes dans les muscles des humains et peut donc entrainer des douleurs. Le taux de solanine est plus élevé dans les légumes non mûrs alors qu’il chute dans les légumes bien mûrs (d’où l’intérêt de ne consommer que des végétaux cueillis à maturité, mais on sait à quel point c’est difficile à trouver sur les étals des maraîchers, même dans l’agriculture biologique).

Une tomate bien mûre ne causera apparemment pas de problème alors qu’une tomate cueillie verte ou à peine rouge (ce que vous trouvez dans la plupart des supermarchés) elle posera problème. Les poivrons eux sont plus problématiques. Les poivrons verts ne sont pas mûrs (eh non, ce n’est pas une variété différente de poivron !). Ils sont donc riches en solanine. Les poivrons qui sont rouges le sont parce qu’ils sont mûrs. Ils ne posent pas de problème à ce moment là. Il en va de même pour les piments : les rouges sont bons, les verts ne sont pas bons.

Certains experts disent que les légumes de cette catégorie peuvent entrainer de l’inflammation à cause de la présence d’une substance particulière connue sous le nom de solanine. La solanine peut irriter le tractus gastro-intestinal et détruire les globules rouges porteuses d’oxygène dans le sang.

La solanine n’est pas soluble dans l’eau, n’est pas détruite par la cuisson et n’est pas détruite à l’intérieur du corps mais peut être excrétée sous forme de alpha-solanine. L’alpha-solanine est classée comme neurotoxine. Ce qui est intéressant, c’est que la plupart des aliments contenant de l’alpha-solanine contiennent également 5 autres neurotoxines y compris l’atropine et la nicotine.
 
L’un des problèmes majeurs attribués aux solanacées est l’arthrite. En fait, certains chercheurs pensent que l’arthrite est souvent mal diagnostiquée et que les symptômes ne pourraient être que les effets d’une consommation d’aliments de cette catégorie de solanacées chez des personnes ayant une sensibilité à la solanine*.
* Voir dans cet article le témoignage personnel du Dr Flora Van Orden.
 
 
Norman F. Childers, médecin, est le fondateur de la Fondation pour la Recherche sur l’Arthrite par les Solanacées. Voici ce qu’il dit « l’alimentation semble être un un facteur dans l’étiologie de l’arthrite si on se base sur des enquêtes sur plus de 1400 volontaires au cours d’une période de 20 ans. Les Solanacées, des plantes dans al famille des plantes médicinales sont un facteur important  dans l’arthrite chez les personnes sensibles. »
 
Pour ceux qui souffriraient d’arthrite ou d’une maladie en lien avec l’arthrite comme le lupus, le rhumatisme et autres problèmes musculo-squelettiques douloureux, sachez que les aliments de la famille des Solanacées, peuvent affecter votre santé.
 
Solanacées 1
 
La liste des Solanacées à éviter si vous y êtes sensibles :
 
  • Les tomates (toutes les variétés)
  • Les pommes de terre (toutes les variétés SAUF les patates douces et les yams -ou ignames-)
  • Les aubergines
  • Les poivrons et les piments (piment de Cayenne et paprika compris)
  • Les baies de goji et les physalis
  • Les tamarillos (un fruit originaire du Pérou)
  • Le Melon-Poire ou Pepino
  • l’ashwagandha (surnommé le ginseng indien)
  • Le tabac

 

Les aliments qui ne font pas partie des solanacées mais qui contiennent des alcaloïdes pouvant induire de l’inflammation :

  • Les myrtilles et les morelles noires
  • Les artichauts
  • Les groseilles à maquereaux
  • Les okras (ou gombos)
  • L’oseille


Note : les condiments que sont le poivre noir et le poivre blanc ne sont pas de la famille des Solanacées. Ils peuvent donc remplacer le piment.
 
Autres ingrédients/produits à éviter :
 
  • Les remèdes homéopathiques contenant du Belladonna
  • Les prescriptions et autres suppléments contenant de l’amidon de pommes de terre comme excipient
  • Certaines fleurs comestibles qui sont de la famille des Solanacées
  • L’atropine et la Scopolamine, utilisées dans les pilules pour dormir
  • Les médicaments contre la douleur ou l’inflammation contenant du capsicum (piment de Cayenne)
  • Les poudres à lever contenant de l’amidon de pomme de terre
  • la vodka (très souvent élaborée à partir de pommes de terre)
  • Ne léchez pas les enveloppes, beaucoup d’adhésifs contiennent de l’amidon de pomme de terre.
 
Lisez les étiquettes avec attention.  Alors que vous pensiez faire tout comme il faut, peut-être sabotez-vous vos efforts avec un seul tout petit ingrédient.
 
Si vous voulez savoir si les Solanacées vous affectent de manière négative, faites un test sur trois mois.
 
  • Éliminez tous les aliments de cette catégorie pendant trois mois.
  • Soyez attentif à la liste donnée ci-dessus mais aussi à toutes les médicaments ou compléments qu’ils soient prescrits ou pas, ainsi que les plats préparés qui sont nombreux à en contenir.
 
Les médicaments ou les compléments peuvent nécessiter une conversation avec votre pharmacien ou un coup de téléphone au fabricant.
 
Après trois mois, vous commencerez à réintroduire un aliment de cette famille à la fois. Notez toute apparition de douleur, de baisse d’énergie, de problèmes respiratoires ou autre symptôme.  
 
Et surtout : faites passer l’information si vous connaissez des personnes qui souffrent de problèmes de santé liés à l’arthrite ou plus généralement à l’inflammation.
 

Nadège

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer