Connaissez-vous l’épine-vinette ?

Vous ne connaissez peut-être pas l’épine-vinette (Berberis), encore appelé le vinettier, de la famille des Berbéridacées, pour la simple et bonne raison que cet arbuste épineux a pratiquement été éradiqué en France parce qu’il était vecteur de la « rouille noire », un champignon pathogène des céréales (nos sacro-saintes céréales !). L’épine-vinette subsiste encore un peu en montagne à l’état sauvage.

Toutefois il existe de nombreuses variétés d’épine-vinette. Plusieurs espèces originaires d’Asie ou d’Amérique du nord sont fréquemment cultivées comme arbustes d’ornement mais les fruits de ces espèces sont souvent bleus. L’espèce originaire d’Europe donne des baies rouges (Berberis Vulgaris). 

Epine vinette

L’épine-vinette a plusieurs utilisations :

  • Ses fruits, tout petits, sont très utilisés dans la cuisine en Iran et en Afghanistan, où l’épine-vinette est cultivée à plus de mille mètres d’altitude. Lorsqu’ils sont encore verts, ils sont ajoutés aux sauces ou accompagnent les viandes rôties qu’ils relèvent de leur goût acidulé. Mûrs (et rouges), ils se consomment crus ou cuits (confiture).
  • En infusion, en association avec l’anis vert et l’anis étoilé, elle devient tisane digestive.
  • L’écorce des tiges et des racines ont des propriétés anti-inflammatoires et antimicrobiennes. A ne pas consommer pendant la grossesse !
  • Ses graines rentraient dans la composition de médicaments au 18ème siècle.
  • Les jeunes feuilles (mai-juin) peuvent être ajoutées aux salades ou cuites comme un légume (Espagne, Bosnie et Hollande).
  • Son bois, fin et dur, de couleur jaune, a été utilisé dans la marqueterie et en teinturerie.

Les baies d’épine-vinette, au goût acidulé, sont très riches en vitamine C et en fer (le plus élevé connu semble t-il).

Comparaison des teneurs en fer pour 100 g de produit (Merci Christine pour ces informations !) :

  • Épine-vinette séchée : 20,5 mg  
  • Foie : 8mg 
  • Ortie : 7,8 mg
  • Viande de bœuf : 2 mg

 

Les baies d’épine-vinette sont comestibles crues mais en raison de leur acidité, elles ont souvent été consommées cuites comme à Rouen ou à Dijon où on faisait des confitures renommées. En Pologne, elles sont utilisées pour relever les plats à base de chou. On en fait également du jus, des gelées, du vin et des liqueurs. On peut aussi les conserver dans le vinaigre.

Dans l’Égypte ancienne, on faisait macérer de l’épine-vinette avec de la graine de fenouil pour faire baisser la fièvre. La médecine chinoise l’utilise depuis plus de 3000 ans et la tribu Catawbas, une tribu de l’Est des États-Unis , l’utilise afin de soigner les ulcères d’estomac. Aujourd’hui, on l’utilise toujours dans les cas de :

  • diarrhées (quelque soit l’origine),
  • fièvre,
  • anémie,
  • arthrite,
  • rhumes,
  • grippes,
  • hypertension artérielle.

Le principal composé actif des baies d’épine-vinette est la berbérine dont l’efficacité a été prouvée dans toute une variété d’affections. Elle est supposée inhiber le Candida ainsi que le développement d’autres champignons tout en n’affectant pas les bactéries bénéfiques telles que l’Acidophilus et le Bifidus.

Les baies d’épine-vinette ont des propriétés :

  • cholagogue (qui facilite l’évacuation de la bile vers l’intestin),
  • hépatique (nettoyant efficace du foie), 
  • antiémétique (contre les nausées et les vomissements),
  • laxative.

Elles stimulent également l’appétit et la digestion et diminuent les douleurs gastro-intestinale (brûlures d’estomac, ulcères, gastrites, syndrome de l’intestin irritable).

Les baies d’épine-vinette sont particulièrement utiles dans le cas d’infections cutanées comme le psoriasis. Elles sont souvent utilisées dans les infections pulmonaires car elles sont capables de déloger les accumulations de mucus et de les disperser tout en contrôlant la production des secrétions. c’est un sédatif efficace, capable de baisser la tension artérielle et est un stimulant utérin efficace (d’où l’interdiction d’en consommer pendant la grossesse !). Les baies d’épine-vinette sont également consommées dans le cas de calculs biliaires ou d’inflammation de la vésicule biliaire. Elles sont d’un grand soutien dans le cas de splénomégalie (l’augmentation de volume de la rate) en aidant au retour à la normale.

L’épine-vinette est également utile pour corriger les irrégularités du cycle menstruel et l’anémie et comme traitement dans le cas de vaginite. Étant reconnue comme tonique et comme stimulant immunitaire, elle est recommandée aux convalescents.

Bref, encore un petit fruit dont les bienfaits mériteraient d’être davantage connus au lieu de nous proposer uniquement des variétés de fruits (par exemple les pommes) hybridées, transformées pour répondre à des exigences commerciales ne tenant aucun compte des qualités nutritionnelles et ayant pour conséquence d’uniformiser les goûts.

Ces petites perles rouges séchées peuvent être consommées telles quelles comme le fait mon fils de 16 ans qui apprécie la saveur acidulée et a beaucoup aimé les grignoter au goûter !

Vous pouvez également les ajouter à vos salades à  la place du vinaigre ou du jus de citron ou encore à vos smoothies si vous souhaitez profiter de leurs qualités nutritionnelles mais n’appréciez pas leur acidité.

 

Epine vinette baies

Mais où trouver ce petit bijou ? A défaut de le croiser sur les marchés ou dans vos supermarchés, vous le trouverez désormais chez Market’Veg.

 

Nadège