Ces produits que vous utilisez qui vous rendent malades

Suite de l’article sur les « 14 produits chimiques qui perturbent vos hormones » (traduction d’un article de Robyn Openshaw).

 

Kosmetik -  Produkte

 

Le chlore

Dans sa forme pure, le chlore est est un gaz toxique mais la plupart d’entre nous le connaissent comme le compagnon des piscines.

Malheureusement, le chlore est un perturbateur endocrinien qui vole l’iode de nos cellules. Plusieurs études ont confirmé que l’exposition au chlore peut interférer avec la production de testostérone. Une étude en particulier montre que les garçons qui ont passé beaucoup de temps dans une piscine avant leur puberté avaient trois plus de chance de se retrouver dans la tranche de ceux qui ont le moins de testostérone.

L’exposition à des taux bas de chlore peut aussi provoquer des effets secondaires légers comme des irritations cutanées, des nausées, des troubles respiratoires et de la toux. Et avec le temps, une diminution des taux de testostérone et de la fonction thyroïdienne. Des taux de chlore plus élevés peuvent entraîner des effets secondaires de plus en plus graves tels qu’une insuffisance cardiaque ou un œdème pulmonaire (liquide dans les poumons). Pendant la deuxième guerre mondiale, le chlore gazeux était utilisé comme arme. 

Il y a de fortes chances pour que votre peau ou vos poumons aient déjà été en contact avec le chlore aujourd’hui.

Vous pouvez trouver du chlore :

  • dans les lessives 
  • dans l’eau de ville  
  • dans les piscines et les spas
  • dans les papiers ou produits pour fabrication de papier
  • dans les teintures
  • dans les insecticides
  • dans les peintures

 

Comment éviter le chlore ?

La meilleure façon d’éviter le chlore est d’installer un filtre à chlore dans votre douche et sur vos robinets (la plupart des eaux de ville contiennent de petites quantités de chlore). Sachez que l’eau chaude de la douche transforme le chlore en vapeur que vous allez respirer en partie donc un filtre spécial douche peut être à envisager si vous n’avez pas un système de filtration pour toute l’eau de la maison. 

Vous pouvez limiter les effets nocifs du chlore de la piscine en vous douchant ou en vous rinçant avant de rentrer dedans. Non seulement cela permettra de garder la piscine plus propre mais cela évitera la réaction chimique entre la transpiration de votre peau et le chlore, réaction qui créé du chloramine (un autre perturbateur endocrinien).

Essayez de choisir des piscines qui ont été traité par UV plutôt que par chlore ou brome ou choisissez des lacs, des pièces d’eau naturelles ou encore la mer.   

Ne lavez pas vos vêtements avec des détergents qui contiennent du chlore (choisissez du péroxyde d’oxygène ou du bicarbonate de soude pour mieux laver).

 

Le Fluor

Le fluor est un composé chimique incolore et soluble dans l’eau qui est souvent ajouté à l’eau de boisson ou dans les soins dentaires pour lutter contre les caries. Toutefois, le fluor perturbe le système endocrinien en déplaçant l’iode dans les cellules ce qui peut entraîner un dysfonctionnement de la glande thyroïde et des maladies auto-immunes comme la maladie d’Hashimoto, une thyroïdite ou la maladie de Grave.

Et ce n’est pas tout. En 2014, une étude importante a prouvé que le fluor est une neurotoxine qui peut ralentir le développement des enfants et diminuer leur QI. Il a également été démontré que le fluor nuit à la santé des os.

Le fluor est également dangereux parce qu’il provoque la lixiviation des canalisations d’eau potable exposant ainsi les populations à un autre perturbateur endocrinien toxique, le plomb.

Vous pouvez trouver du fluor :

  • dans l’eau de ville
  • dans les dentifrices et les bains de bouche
  • dans les traitements dentaires
  • dans les aliments préparés mécaniquement
  • dans les poêles en Téflon  

 

Comment éviter le fluor ?

La plupart d’entre nous ont déjà été très exposés au fluor juste par l’eau de ville. Il n’est pas nécessaire de se supplémenter avec du fluor en plus par le biais de dentifrices, de traitements dentaires ou de bains de bouche.

A la place, vous pouvez tout à fait empêcher l’apparition de caries en vous brossant les dents avec du bicarbonate de soude ou un dentifrice naturel préparé avec des huiles essentielles spécifiques, en utilisant du fil dentaire régulièrement ou en vous rinçant avec du peroxyde d’oxygène.Vous éviterez le risque d’avaler du fluor et vous garderez vos dents saines et sans caries.

Si vous vivez dans un endroit où l’eau est traitée avec du fluor, il est particulièrement important d’utiliser un filtre à eau ou un système d’osmose inverse qui éliminent spécifiquement le fluor.  

Vous éviterez également les aliments transformés et cuisinerez avec des poêles en céramique ou en matière non toxique.

 

 

Les retardateurs de flamme ou ignifugeants

Ils sont une classe d’additifs utilisés pour minimiser les risques d’incendies avec des produits ménagers et commerciaux. Les plus courants sont appelés éthers diphényliques polybromés (PBDE) constitués de chlore, de brome ou de phosphore et de carbone.

Les scientifiques ont découvert le caractère omniprésent des retardateurs de flamme par accident en étudiant le lait maternel humain : les échantillons contenaient de fortes quantités d’ignifugeants. Et fait inquiétant, le pourcentage des ignifugeants trouvés dans le lait maternel depuis 1972 a doublé

La manière la plus courante d’entrer en contact avec ces perturbateurs endocriniens est par l’intermédiaire d’un processus appelé « dégagement de gaz ». Les ignifugeants ne sont pas incrustés aux matériaux dont sont fait votre matelas ou vos coussins de canapé. Ils “dégagent” du gaz dans l’air puis se fixent aux particules de poussière que vous inspirez.

L’une des raisons pour lesquelles les ignifugeants sont si dangereux, c’est que comme pour la plupart des perturbateurs endocriniens, ces produits chimiques s’accumulent dans notre corps avec le temps et restent longtemps dans l’environnement.

Beaucoup d’ignifugeants ont été interdits ou éliminés progressivement du processus de fabrication mais ils sont toujours partout dans l’environnement. Ces produits chimiques extrêmement courants peuvent causer des ravages sur notre système endocrinien avec des conséquences comme un dysfonctionnement de la thyroïde, une baisse du QI, des dommages cérébraux, le cancer et des troubles du système de reproduction

Ces ignifugeants peuvent se retrouver dans presque toutes les maisons, bureaux et écoles :

  • dans le mobilier (coussins, rembourrage de chaises …) 
  • dans les matelas
  • dans les tapis
  • dans les rideaux et les stores
  • dans l’isolation des maisons et des immeubles
  • dans les câbles électriques
  • dans les appareils électriques ou électroniques (téléviseur, téléphone, ordinateur)
  • dans la mousse polyuréthane
  • dans les couvre-sièges
  • dans les pièces d’avion et de voiture  

 

Comment éviter les ignifugeants ?

Même si vous évitez d’acheter des produits qui contiennent des ignifugeants (et vous devriez le faire !), il peut être extrêmement difficile d’éviter toute exposition à ces produits chimiques dangereux à cause de leur capacité à rester très longtemps dans l’environnement.

En plus d’éviter la mousse polyuréthane et le mobilier qui n’est pas spécifiquement labellisé « sans ignifugeants » (ce qui peut ne pas être possible de par la réglementation), c’est une bonne idée d’utiliser un filtre à air pour vous éviter de respirer de la poussière toxique. Si vous décidez de rembourrer des meubles avec de la mousse ou de remplacer vos vieux tapis, votre moquette ou vos rideaux, faites preuve d’une extrême prudence et portez un masque de haute qualité.

J’ai récemment remplacé tous mes tapis par des tapis en laine, sans enduit ignifuge ni antitache. La prochaine fois que vous voudrez un nouveau tapis, envisagez cette option.

 

 

Le plomb

Bien que de nombreux perturbateurs endocriniens dans cet article puissent être nouveaux pour vous, presque tout le monde sait à quel point le plomb peut être nocif.

Ce métal lourd (qui était autrefois couramment utilisé dans la peinture et les tuyaux) peut entraîner des lésions graves du système endocrinien et des tissus corporels, notamment des lésions cérébrales, des fausses couches, une baisse du QI et des retards d’apprentissage, ainsi que des niveaux dangereusement bas d’hormones sexuelles.

Le plomb peut également entraîner des problèmes de capacité du système endocrinien à signaler correctement tout besoin d’adaptation, ce qui se traduit par des troubles de l’humeur tels que la dépression et l’anxiété, ainsi que de l’hypertension artérielle et du stress sans raison apparente.

Alors que de nombreux produits qui contenaient beaucoup de plomb (comme la peinture) ne sont plus vendus, vous trouverez toujours ce perturbateur endocrinien dans tous les produits suivants :

  • la peinture et les boiseries dans les vieilles maisons
  • les jouets anciens pour enfants
  • les meubles anciens
  • les tuyaux et la plomberie anciens et la soudure sur de nombreux tuyaux modernes
  • l’essence
  • les piles
  • les bonbons importés, en particulier ceux contenant du tamarin ou de la poudre de piment chili en provenance du Mexique, d’Indonésie, de Chine ou de Malaisie
  • les meubles importés, la céramique ou l’artisanat en général
  • les stores en vinyle importés du Mexique, de Chine ou de Taïwan
  • les bijoux fantaisie souvent portés ou mis en bouche par les enfants (en 2006, un enfant est décédé après avoir avalé un pendentif en forme de cœur fourni avec une paire de chaussures Reebok. Il a été examiné et il s’est avéré être composé à 99% de plomb).
  • le kohl (parfois utilisé comme eye-liner).

 

Comment éviter le plomb ?

Il existe plusieurs moyens importants d’éviter une exposition au plomb. Le premier consiste simplement à avoir une alimentation saine.

Des études ont montré que les enfants et les adultes qui ont une alimentation riche en nutriments, composée essentiellement de fruits et légumes absorbent moins de plomb que les personnes qui consomment beaucoup de calories vides issues d’aliments transformés.

Éliminez les piles et les composants électroniques de manière appropriée au lieu de simplement les jeter à la poubelle afin d’éviter que le plomb ne pénètre dans le sol et les eaux souterraines.

Si vous rénovez ou peignez une vieille maison, faites appel à un entrepreneur qui est certifié pour travailler sur ce genre de produits ou dans ces conditions. (Vous trouverez des informations ici, ici ou encore ici)

Évitez les bijoux fantaisie, les métaux bon marché importés, les stores, les meubles et les céramiques.

L’exposition au plomb est une autre bonne raison d’installer un filtre à eau par osmose inverse dans votre maison. Si vous n’avez pas les moyens d’acheter un filtre à eau, vous pouvez réduire votre exposition au plomb issu du « lessivage » des tuyaux en évitant d’utiliser l’eau chaude de votre robinet et en laissant couler l’eau froide pendant plusieurs minutes avant de la boire ou de l’utiliser pour la cuisson.

 

 

L’arsenic

L’arsenic peut être d’origine naturelle (on en trouve par exemple dans certains noyaux de fruits) ou d’origine humaine (fabriqué par l’homme). La grande majorité de l’arsenic que l’on trouve dans le monde est d’origine humaine.

L’arsenic est mortel à fortes doses (une dose mortelle étant juste de l’ordre de 100 milligrammes). Une exposition modérée due à de l’eau potable polluée, à la proximité de polluants industriels ou simplement une exposition à de faibles doses mais sur une longue période est à l’origine de cancers, d’un dysfonctionnement respiratoire et immunitaire, de troubles de la reproduction, de troubles du système nerveux et de troubles gastro-intestinaux.

L’arsenic perturbe le système endocrinien en changeant la manière dont votre corps utilise les glucides, ce qui peut entraîner une prise de poids incontrôlée, des troubles immunitaires, du diabète et des problèmes de développement.

La majeure partie de l’arsenic synthétique auquel nous sommes exposés quotidiennement provient d’activités industrielles et de bois traité :

  • les pesticides
  • les traitements de préservation du bois (jusqu’à 70% de l’arsenic que nous produisons sert à traiter le bois utilisé dans les pots de jardin, les structures de jeu, les terrasses et les ponts)
  • les traitements du verre
  • les puits profondément forés
  • les eaux souterraines
  • la mort aux rats
  • les cigarettes
  • les activités minières
  • brûler des combustibles fossiles
  • le riz, qui absorbe l’arsenic à des taux plus élevés que d’autres plantes

 

Comment éviter l’arsenic ?

Tout d’abord, ne fumez pas. Vous êtes déjà exposé à suffisamment d’arsenic !

Vous pouvez réduire votre exposition quotidienne en investissant dans un bon filtre à eau capable de filtrer l’arsenic.

Vous pouvez éviter l’exposition à l’arsenic par le riz en faisant bouillir votre riz dans de grandes quantités d’eau (puis en drainant l’excès d’eau) ou en variant simplement les types de céréales que vous mangez quotidiennement.

Ne construisez pas de jardinières en bois traité (l’arsenic peut s’infiltrer dans le sol) et ne brûlez pas et ne sciez pas du bois traité.

Ne mangez pas de nourriture venant de pots de jardin en bois traité.

Évitez les vieilles structures de jeu en bois et assurez-vous que vos enfants se lavent les mains si vous en visitez un.

 

 

Les pesticides organophosphorés

Les livres d’histoire vous diront que nous avons évité une catastrophe pendant la Seconde Guerre mondiale lorsque nous avons empêché les nazis de déverser leur stock d’armes chimiques appelées composés organophosphorés. Mais la vérité est que nous avons utilisé cette même technologie pour créer des pesticides, qui sont généralement pulvérisés quotidiennement sur les cultures.

Ce type de pesticide détruit le système nerveux des insectes et, sans surprise, provoque des dommages neurologiques chez d’autres animaux (y compris nous), en entraînant une détérioration des signaux nerveux. Ces pesticides perturbent les systèmes nerveux et endocrinien en endommageant une enzyme importante appelée acétylcholinestérase.

Les résultats désastreux peuvent inclure une diminution du taux de testostérone et un dysfonctionnement des hormones sexuelles, une neuropathie, une leucémie, un cancer du cerveau, un dysfonctionnement de la thyroïde et des tumeurs au pancréas, à la thyroïde et aux glandes surrénales.

 

Les pesticides organophosphatés sont utilisés dans les jardins potagers, les cliniques vétérinaires, l’agriculture à petite et grande échelle et les services de lutte antiparasitaire. Vous les trouverez sous tous les noms suivants:

Les insecticides :

  • Malathion
  • Parathion
  • Diazinon
  • Fenthion
  • Dichlorvos
  • Chlorpyrifos
  • Ethion

Les herbicides :

  • Tribufos (DEF)
  • Merphos

 

Comment éviter les pesticides organophosphorés ?

Autant que possible, optez pour des produits biologiques.

Et n’utilisez pas de pesticides dans votre propre jardin et n’appelez pas des «services de contrôle des parasites».

Heureusement, il est peu probable que ces pesticides pénètrent dans la chaîne alimentaire (le plus grand risque vient des résidus ou du contact avec des aliments ou des surfaces traités). Mais les organophosphorés peuvent pénétrer dans les eaux souterraines s’ils sont pulvérisés en grande quantité ou souvent dans une zone donnée. Il faut donc que le filtre à eau soit opérationnel !

Ayez au moins un ioniseur d’eau et un purificateur sur votre évier, pour votre eau de boisson ! Mais si cela fait partie du budget, renseignez-vous également sur le prix d’une installation pour l’ensemble de la maison, afin d’extraire toutes les impuretés de l’eau que vous consommez et que vous utilisez (pour la douche et le bain par exemple).

 

 

Le mercure

Le mercure est un métal toxique qui se contente généralement de rester sous terre. Sauf quand nous le brûlons sous forme de charbon, ce qui libère le mercure dans l’air puis va polluer nos océans et la vie marine.

Le mercure perturbe le système endocrinien de plusieurs façons et il est particulièrement dangereux pour les femmes enceintes car le mercure consommé dans les fruits de mer et les poissons est acheminé directement vers le cerveau du bébé en développement, où il peut s’accumuler et causer des dommages et des retards cérébraux.

Le mercure perturbe le fonctionnement de l’adrénaline, de l’insuline, des œstrogènes et de la testostérone dans l’organisme et peut provoquer des maladies et des troubles des règles et de l’ovulation, la maladie d’Addison, des problèmes d’hypophyse pouvant entraîner des troubles de l’humeur et même des idées suicidaires, des troubles de la thyroïde, une résistance à l’insuline ou du diabète.

La manière la plus courante d’être exposé au mercure est par la consommation de produits de la mer (poissons et fruits de mer). Cependant, vous devez savoir que les piles et les ampoules fluorescentes contiennent également du mercure (et doivent être jetées correctement).

Les poissons et les crustacés les plus pollués en mercure sont :

  • le maquereau 
  • l’hoplostèthe orange ou poisson-montre
  • le marlin
  • le requin
  • le tile ou murène d’eau douce
  • l’espadon
  • le thon
  • le bar rayé
  • la morue
  • le flétan
  • le homard
  • le mahi-mahi ou dorade coryphène
  • la perche
  • le vivaneau

 

Comment éviter le mercure ?

Si vous choisissez de manger des fruits de mer ou du poisson, votre option la plus sûre est le poisson sauvage. Bien que beaucoup de gens pensent que le poisson d’élevage est une option sans risque, les poissons produits en masse, conservés dans de l’eau sale et nourris selon un régime alimentaire élaboré (pas très naturel), ne vont pas vous faire de bien.

Les sources de produits de la mer contenant les taux de mercure les plus bas :

  • le saumon
  • le poisson-chat
  • les palourdes
  • le crabe
  • le flet
  • l’églefin
  • le hareng
  • les noix de St Jacques
  • les crevettes
  • le calamar
  • la truite d’eau douce

Note : informations à vérifier en fonction de votre lieu de résidence et des dernières actualités.

 

 

Les PFC (produits chimiques perfluorés ou perfluorocarbures)

Les PFC, ou produits chimiques perfluorés, sont couramment utilisés pour protéger des taches sur les tapis et les tissus d’ameublement et dans les ustensiles de cuisson. Mais l’ironie est que ce produit chimique, destiné à être «non adhérant», reste dans l’environnement et les organismes vivants pendant une période extrêmement longue.

99% d’entre nous ont des produits chimiques perfluorés dans le corps. Ce qui signifie que 99% d’entre nous ont un risque de perturbation endocrinienne due aux PFC au niveau de la thyroïde, du foie, des testicules et des ovaires, entraînant des troubles de la thyroïde, un poids dangereusement faible à la naissance des bébés, une diminution du nombre de spermatozoïdes et des problèmes de fertilité chez les femmes. Les PFC ont également été liés au TDAH et à un taux de cholestérol élevé.

Les produits chimiques perfluorés sont couramment utilisés partout où le mot «anti-adhésif» ou «résistant aux taches» est indiqué.

Surveillez en particulier les objets suivants :

  • les tapis étiquetés comme «résistants aux taches»
  • les sprays pour protéger contre les tâches à pulvériser sur les canapés, les chaises rembourrées ou autres mobiliers en tissus
  • les poêles à frire, les woks et autres ustensiles de cuisine (comme le téflon)
  • les emballages de restauration rapide
  • les assiettes en papier
  • les nettoyants pour tapis
  • le liquide lave-vitres pour voiture
  • les produits de nettoyage, pour faire briller ou pour polir, les cires
  • la peinture
  • les vêtements imperméables (Gore-tex, par exemple)
  • les produits de beauté dont les ingrédients commencent par «fluoro» ou «perfluoro», tels que dans les crèmes à raser, les poudres et les lotions

 

Comment éviter les PFC ?

Évitez les casseroles, les poêles et autres ustensiles de cuisine «antiadhésifs», comme tout ce qui est recouvert de téflon. Optez plutôt pour une batterie de cuisine en céramique naturellement antiadhésive ou autre matériau sain.

Évitez les tapis, canapés et autres surfaces rembourrées avec un revêtement ou sur lesquels un spray «résistant aux taches» a été appliqué. Les taches peuvent ne pas coller à ces surfaces ainsi traitées, mais les PFC resteront dans l’environnement et dans votre corps.

Vous pouvez également réduire votre exposition aux PFC en évitant les plats préparés et transformés et en gardant un œil attentif sur les produits de beauté que vous utilisez (évitez tout ce qui contient du «fluoro» ou du «perfluoro» dans les ingrédients.)

 

 

Les éthers de glycol

Les éthers de glycol sont une classe de produits chimiques couramment utilisés dans les produits de nettoyage et les peintures.

L’exposition à long terme aux éthers de glycol a été liée à une diminution de la fertilité et du nombre et de la qualité des spermatozoïdes, à une atrophie testiculaire, aux fausses couches et à des effets nocifs sur le développement du fœtus. Et les bébés et les enfants dont les pièces étaient peintes avec de la peinture contenant des éthers de glycol présentent des taux plus élevés. d’asthme et d’allergies.

Une forte exposition soudaine aux éthers de glycol a été associée à des lésions hépatiques graves, des lésions rénales ou des œdèmes pulmonaires. Il a été démontré qu’une exposition à long terme à de faibles niveaux peut provoquer une anémie, des nausées, des problèmes neurologiques, une diminution de la production de moelle osseuse, des lésions hépatiques, un stress oxydatif et des troubles auto-immunes.

 

La source la plus courante d’exposition à l’éther de glycol provient des produits de nettoyage, mais ce n’est pas la seule.

Méfiez-vous de tous les produits suivants :

  • Les produits de nettoyage contenant l’un des ingrédients suivants:
    • 2-butoxyéthanol
    • méthoxydiglycol
    • Diethylene glycol
    • Triéthylène glycol
    • Éthylène glycol
    • Propylène glycol
    • Dipropylène glycol
    • Tripropylène glycol
  • la peinture
  • les nettoyants pour fours
  • les nettoyants à vitres
  • les nettoyants pour sols
  • les savons liquides
  • les vernis et laques
  • les parfums
  • les encres et teintures
  • les produits cosmétiques

 

Article à lire sur les ethers de glycol par le Ministère du travail français.

 

Comment éviter les éthers de glycol ?

Vous seriez surpris de voir combien de choses vous pouvez nettoyer avec des produits simples et non chimiques comme le vinaigre, le bicarbonate de soude et le peroxyde d’hydrogène.

Évitez les produits de nettoyage industriels ou chargés de produits chimiques et évitez les éthers de glycol. Préférez des nettoyants fait-maison ou sans aucun produit chimique dangereux

Vérifiez si votre maquillage contient l’un des ingrédients énumérés ci-dessus et envisagez de passer à une marque de maquillage et des soins de beauté qui utilisent uniquement des ingrédients naturels et biologiques.

 

 

Les meilleures pratiques pour protéger votre système endocrinien des perturbations

Vous avez peut-être remarqué certains conseils récurrents lorsqu’il s’agit d’éviter ces 14 perturbateurs endocriniens. En résumé, vous pouvez réduire votre exposition à ces produits chimiques nocifs de façon significative en procédant comme suit :

  • Manger des aliments biologiques qui n’ont pas été pulvérisés avec des pesticides et des engrais perturbant le système endocrinien
  • Prenez bien soin de votre foie et de votre thyroïde : ils sont deux de vos organes endocriniens de première ligne et ils ont besoin d’une attention particulière. Complétez avec de l’iode natif (« nascent iodine » en anglais) des et des minéraux essentiels, mangez des aliments crus riches en nutriments et en enzymes et ajoutez une détox du foie ou du corps entier à votre routine de soins.
  • Consultez un praticien spécialisé en hormones naturelles pour évaluer où vous en êtes, en termes de santé hormonale.
  • Procurez-vous un filtre à eau par osmose inverse pour éliminer les mauvaises choses de votre eau.
  • Mangez des aliments qui vous aideront à éliminer les toxines de votre corps (les boissons vertes comme les smoothies verts ou les jus verts sont excellents pour ça grâce à leur teneur en chlorophylle) – n’en ajoutez pas. Les aliments crus non transformés devraient constituer l’essentiel de votre alimentation. Évitez les aliments frits, emballés ou issus des fast-foods.
  • Faites le ménage dans vos placards : débarrassez-vous des produits chimiques et des produits de nettoyage mystérieux, des contenants en plastique dangereux, des pesticides, des sprays et des parfums. Utilisez un filtre à air pour attraper et éliminer le reste.
  • Limitez votre consommation de graisses animales et faites très attention aux produits de la mer que vous consommez.

 

 

Conclusions sur les perturbateurs endocriniens

Les produits chimiques perturbant le système endocrinien sont omniprésents : dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons, dans les aliments que nous mangeons et dans les produits que nous utilisons. Ils ont des conséquences désastreuses comme les maladies de la thyroïde, les dysfonctionnements sexuels, la stérilité et le cancer.

Et s’il est vrai que nous vivons dans un monde de plus en plus chimique, il est également vrai que des solutions de remplacement non toxiques sont de plus en plus disponibles – et chaque euro que vous dépensez pour des produits plus sûrs représente un vote pour leur développement ! Protéger votre système endocrinien et votre santé des produits chimiques dangereux est de plus en plus accessible, par le biais de l’alimentation, de l’éducation et de choix quotidiens.

 

J’espère que ce très long mais extrêmement intéressant article de Robyn Openshaw vous aura aidé à y voir plus clair sur les perturbateurs endocriniens et les manières de vous en protéger.

Prenez soin de vous ! 

Nadège