En attendant que ce nouveau site s’étoffe petit à petit, nous vous suggérons de consulter cette catégorie déjà abondamment évoquée sur notre ancien blog : ici.

Trop d’œstrogènes : danger même pour les femmes !

Arrêtez-vous un moment et observez ce qui différencie un homme d’une femme. Je ne parle pas des différences évidentes des attributs physiques, mais plutôt du terrain physiologique interne et comment il varie entre les deux sexes.

Parlant des hormones vous pourriez dire qu’un homme est testostérone dominant, alors que le corps d’une femme favorise les œstrogènes et vous auriez techniquement raison. Mais est-ce aussi simple, et y aurait-il une limite au-delà de laquelle les niveaux élevés d’œstrogènes peuvent devenir un problème pour les femmes ?

Il est de connaissance courante que les hommes souhaitent éviter les œstrogènes comme la peste, qu’ils en ont suffisamment et que le plus souvent il veulent plus de testostérone. Mais les femmes qui ont des niveaux très élevés d’œstrogènes (connus comme à dominance d’œstrogènes), ou qui pourraient courir le risque de développer des problèmes de santé associés à la dominance d’œstrogènes (NDT : nombre de cancers du sein, par exemple), sont le plus souvent dans le même bateau que les hommes. Pour une femme souffrant d’une dominance d’œstrogènes, même un petit supplément d’œstrogène, disons un produit chimique supprimant l’endocrine (EDC ou perturbateurs endocriniens) dans son shampoing favori, pourrait être suffisant pour bouleverser complètement sa santé.[1]

Vous pouvez vous demander : mais les œstrogènes ne sont-ils pas bons pour les femmes ? Ils le sont, mais en parfait équilibre avec la testostérone. [2]

Suite

Les facteurs qui affectent l’espérance de vie, et comment le jeûne à l’eau tue les tumeurs…

… selon le Dr Thomas Lodi, un médecin oncologue qui combine les meilleures méthodes de traitements conventionnels avec les meilleurs traitements non conventionnels, incluant alimentation vegan et beaucoup de jus verts entre autres techniques, dans sa clinique « oasis of healing » ainsi qu’en Thaïlande (il a apporté son témoignage dans le récent documentaire T.T.A.C. diffusé sur Internet). Selon ce médecin la longévité « est directement liée à la capacité du corps à supporter une charge« . Pourquoi certains animaux vivent-ils plus longtemps que d’autres ? Voici ce qu’en dit le Dr Lodi :

Dr. Thomas Lodi

« Nous allons parler de la qualité de vos membranes. La longévité est inversement proportionnelle à la péroxydabilité de la membrane mitochondriale » dit-il. « C’est la qualité de ces membranes et leur résistance à l’oxydation. Ceci signifie qu’elles ne sont pas polyinsaturées. Elles doivent être soit mono-insaturées, soit saturées. »

Une étude a trouvé que « manipuler les réseaux de mitochondries à l’intérieur des cellules » peut aider à augmenter la longévité et à promouvoir la santé. Ce qui peut être fait à travers la manipulation génétique ou la restriction alimentaire.

Suite

Cancer du côlon : témoignage d’une guérison « non conventionnelle »…

Ce témoignage d’une guérison d’Andrea Graeve est rapporté par le magazine « Healing our world » dans lequel elle raconte comment elle a choisi une voie différente de celle qui lui était proposée par son médecin. Voici donc ce qu’elle écrit :

Il y a environ six ans, en août 2011, on m’a diagnostiqué un cancer colorectal après que j’ai remarqué du sang frais dans mes selles. Je fus envoyée vers un chirurgien à la Cleveland Clinic qui était spécialisé dans ce type de cancer. Son plan était de me retirer le rectum entier et d’installer un sac de colostomie temporaire. Il prévoyait de reconstruire plus tard cet espace. Inutile de dire que cette idée était effrayante et extrêmement déplaisante. Mon opération fut planifiée pour octobre 2011.

Suite

Combattre le cancer avec la nutrition : rêve ou réalité ?

Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas un rêve mais une réalité pour un nombre croissant de thérapeutes/nutritionnistes de tous poils, de toutes origines et de toutes cultures, depuis de décennies, mais aussi de médecins, rarissimes encore (si vous connaissez un oncologue* qui parle de nutrition à ses patients surtout signalez-le nous, nous lui ferons de la publicité ;-) ) et de patients qui s’informent tout seuls comme des grands et ont le courage de se prendre en main.
* Quand je vois des corbeilles de biscuits et autres « sucreries » dans les salles d’attente des services d’oncologie… je me dis que ces spécialistes ne savent encore pas qu’il est dangereux de mettre de l’essence sur un feu !!!

Biscuits -cancer - oncologistesLes études scientifiques les plus récentes (non commanditées par Big Pharma…. ;-) ) et les plus sérieuses confirment d’ailleurs ces allégations, de même que les centaines/milliers de patients qui ont décidé de changer leur mode de vie pour leur plus grand bonheur, du jour au lendemain, en renonçant tout simplement à un traitement chimique ou autre, ou en complément de celui-ci. Les témoignages sont pléthoriques.
Comme entrée en matière je vous rapporterai ce qu’a écrit Ty Bollinger dans son livre Cancer, Step outside the box (qui en est à sa 6ème édition depuis 2006) :

Il y a une centaine d’années le cancer était virtuellement inconnu, mais de nos jours il semble que chacun de nous a un parent ou une relation qui est décédé de cette satanée maladie. Qu’est-ce qui a changé ? Nos corps ont-ils changé ? Nos gènes ont-il changé ? ou bien avons-nous tellement épuisé nos terres arables de nutriments essentiels ? Avons-nous changé ce que nous introduisons dans nos corps ? et les aliments que nous y introduisons ont-ils à leur tour altéré notre terrain intérieur de telle façon que cela nous rend plus sensibles à la maladie ?

Suite

Les surprenantes conséquences du manque de sommeil sur votre santé et les solutions

 

Nous sommes, du moins pour la plupart d’entre nous, tellement emportés par une vie active (trop ?), par des sollicitations extérieures permanentes, justifiées ou non, par un rythme dont notre époque semble bien accélérer la vitesse, que notre sommeil n’est pas au premier plan de nos préoccupations.

Sauf évidemment si nous souffrons vraiment d’insomnie. Mais la plupart du temps il s’agit surtout de temps de sommeil terriblement raccourci. L’électricité (dont ne bénéficiaient pas nos ancêtres), les diverses technologies attractives (T.V., ordinateurs, tablettes…) n’y sont évidemment pas étrangères et prolongent parfois gravement et durablement la longueur des journées.

Nous avons oublié ou ignorons que sans une quantité adéquate de sommeil, qui peut varier d’un individu à l’autre, des problèmes de santé divers et variés risquent de survenir au fil des ans, sans que nous fassions nécessairement un lien entre les deux…

Suite

Les 6 carences qui peuvent être à l’origine de votre fatigue chronique

6 carences responsables de la fatigue chronique

 

Le manque de sommeil et les excès alimentaires entraînent toujours de la fatigue plus ou moins prononcée. Il est donc normal d’être fatigué/e en cette période juste après les fêtes de fin d’année si vos soirées se sont prolongées et si vous avez mangé plus ou plus riche qu’habituellement.

Pour retrouver votre énergie rapidement ainsi qu’une bonne santé générale afin de ne pas succomber comme la majorité des gens aux virus hivernaux, rien de plus efficace qu’une détox. Et celle-ci peut être simple, rapide et  peu coûteuse. La meilleure que je connaisse parce qu’elle réunit tous ces critères est la détox à base de smoothies verts et de soupes vertes, comme en témoignent d’ailleurs ceux et celles qui l’ont expérimenté.

« Merci pour ce beau programme !! Cela fait plus d’une semaine que j’ai commencé, et j’en ressens les bienfaits. Il m’a permis de renouer avec le sens de l’alimentation, prendre le temps, me poser, mâcher, retrouver le goût des produits, me nourrir, avoir des repas réguliers, .. Plusieurs années de prises alimentaires « chaotiques », grignotage, produits « poisons » (fromage, pain, chocolat, sucreries, …), où j’avais toujours faim, où je n’étais jamais rassasiée, m’ont entraînée dans un rythme « yoyo ». J’avais pris quelques kilos, que j’essayais d’éliminer avec des mono-diètes, des jeûnes, qui en fait me frustraient et me faisaient replonger de plus belle dans la « gourmandise ».

Avec les menus proposés, je retrouve la satiété, et je me sens en forme !! Il a fallu la rupture d’une vertèbre lors d’une chute et donc l’immobilité, pour que je me reprenne en main. Cette détox me nourrit pleinement, d’autant que j’ai la chance de pouvoir acheter légumes et fruits au petits producteurs locaux et bio, quand ils ne proviennent pas de notre propre production. Ne pouvant plus momentanément exercer mon activité professionnelle dans les vignes, j’ai été aussi ravie d’apprendre le massage à sec, et en ressens tous les bienfaits. J’ai aussi plaisir à reprendre les douches écossaises !! Massage et douche donnent la pêche » !!  » ~ Béatrice 

 

En revanche, si vous étiez déjà fatigué/e avant les fêtes et qu’un nettoyage interne n’a rien changé (toujours s’assurer avant tout autre chose que votre corps n’est pas en surcharge toxinique), vous entrez alors dans la catégorie des personnes souffrant d’encéphalomyélite myalgique, plus couramment nommée « fatigue chronique » qui toucherait jusqu’à 30 millions de personnes dans le monde dont 150 000 à 300 000 personnes en France.

Mais sous ce nom barbare, pourrait se cacher tout simplement une carence en certains nutriments. C’est le sujet de l’article du Dr Amy Myers dont je vous propose la traduction ci-dessous. 

Suite

Comment se protéger naturellement du cancer – conseils d’un oncologue

Cancer Prevention

Le mois d’octobre étant le mois de la campagne du dépistage du cancer du sein, je pense qu’il est bon de rappeler ces quelques conseils qui vous aideront à vous protéger de tous les cancers.

Dans cet article du magazine Get Fresh, le DrThomas Lodi, oncologue pratiquant dans sa clinique An Oasis of Healing à Mesa en Arizona (Etats-Unis) résume les actions les plus efficaces que nous pouvons mettre en place pour nous donner de meilleures chances de ne pas le déclarer.

 

Les médias et le corps médical voudraient nous faire croire que le cancer arrive comme ça, par hasard, oubliant nos mauvaises habitudes (fumer, boire de l’alcool en quantité, manger régulièrement au fast-food…),  ils nous disent qu’il n’y a rien que nous puissions faire pour diminuer nos chances de le contracter. 

Mais en réalité, chacun de nous a l’énorme pouvoir d’influencer le fait d’avoir un cancer ou pas. Une large proportion des habitudes ou comportements considérés comme normaux dans la société moderne, favorise l’augmentation de la charge toxique du corps et tout ce qui la favorise augmente nos chances d’avoir un cancer.

Suite