Economiser en buvant de l’eau qui prend soin de sa santé

Économiser en buvant de l’eau tout en prenant soin de sa santé, oui c’est possible !

De nombreuses études scientifiques indépendantes montrent que l’eau du robinet contient encore des molécules polluantes et toxiques après son passage en station d’épuration.

 

eau-bouteille

Puisque les produits chimiques s’absorbent 6 fois plus par la peau que par ingestion, l’eau du bain et l’eau potable devraient être filtrées de manière adéquate. Car l’eau en bouteille n’est pas la solution de rechange la meilleure pour les raisons suivantes :

Suite

Ce que vous n’êtes pas supposé savoir sur les crèmes solaires et l’exposition au soleil

Le retour du soleil et des grosses chaleurs signe également le retour des rayonnages de crèmes solaires toutes plus perfectionnées, semble-t-il, les unes que les autres.
Avant de vous jeter dessus et de vous enduire abondamment, je vous invite à lire l’article de Mike Adams que j’avais traduit il y a quelques années mais toujours d’actualité et peut-être même encore plus, puis la traduction de celui qu’il vient de publier sur ce sujet des crèmes solaires. Je mettrais ma main au feu que vous y découvrirez avec stupéfaction des informations que vous ne connaissiez pas et je vous donnerai pour finir les noms des crèmes solaires véritablement 100% naturelles et parfaitement aussi efficaces (testées sur mes enfants et moi dans des conditions très estivales) que les écrans solaires même dits « écrans totaux ».

 

Ce que vous n’êtes ps supposé savoir sur les crèmes solaires

 

Posez des questions à quelqu’un sur les crèmes solaires et vous allez entendre pléthore d’informations erronées, données par une personne qui a été désinformée de façon répétitive par les autorités sanitaires et les médias officiels. Presque rien de ce que vous entendez sur les crèmes solaires par le biais des chaînes traditionnelles de médias n’est précise. Donc voilà un petit guide rapide sur les 6 plus importantes choses que vous devez  savoir sur les crèmes solaires, le soleil et la vitamine D.

 

Suite

Faire la transition entre une alimentation carnivore et une alimentation plus végétale selon le Dr Gabriel Cousens (1ère partie)

Food Balance

Je me permets de re-publier cet article de fond passionnant et largement documenté sur ce nouveau blog après l’avoir traduit en 2014 sur notre ancien blog. Pourquoi ? D’abord parce qu’il vient d’une source hautement qualifiée, le Dr Gabriel Cousens , qui a une expérience incroyablement riche en matière d’alimentation végétale crue, avec laquelle il a soigné/éduqué des centaines de personnes et de patients depuis plus de trente ans, dans son Centre de santé le « Tree of life » en Arizona.

D’autre part, le sujet peut intéresser nombre d’entre vous qui ne l’auraient pas déjà lu. Et même si vous l’aviez déjà lu, les piqûres de rappel sont toujours bénéfiques !

Par quoi commencer cette transition ? Que supprimer en premier ? C’est à ces questions qu’il a répondu au regard de la situation de l’époque et au combien toujours d’actualité, en matière de pollution mondiale, dans un article publié sur son site, le 7 août 2014.

Mais encore une fois (et il ne semble hélas pas inutile de le répéter !) rien de ce que nous publions sur ce blog n’est érigé en dogme ou en panacée : nous nous contentons de partager des informations ou des expériences qui nous semblent intéressantes et qui méritent, à notre avis, d’y aller voir plus avant. Reste ensuite à chacun d’en faire ce qu’il lui plaira.
Nous suggérons simplement à nos lecteurs de prendre ces informations comme « hypothèses » (au lieu de les rejeter spontanément… parfois violemment !) et ensuite de faire, avec un maximum de bon sens et de discernement, leurs propres investigations, leurs propres observations et leurs propres expériences (A ce sujet relire ceci).

Cet article étant très long (et sa traduction aussi…) il vous sera proposé en deux parties, dont vous trouverez la première ci-dessous :

Suite

Compteur LINKY et santé

L’installation du nouveau compteur LINKY bat son plein. Ce pourrait être un bien… sauf que les utilisateurs, la plupart, sont très mal informés puisque les seuls à le promouvoir sont les installateurs ! Et il faut faire des efforts pour trouver une véritable information.

J’ai personnellement refusé son installation chez moi, mais je m’attends à ce que, peut-être, on me l’impose puisque la mairie a donné son accord pour cette installation sur toute la commune.

Voici un texte publié sur Facebook :

Suite

Le nucléaire n’est ni propre, ni sûr… nous dit une éminente scientifique (article réservé aux abonnés)

Le Dr Helen Caldicott * répond dans un entretien mené par Anna Maria Clement (co-directrice de l’Institut Hippocrate de Floride), qui nous en fait ci-dessous le récit.

* dont la simplicité, le naturel et l’étendue de l’expertise rendent ses conférences passionnantes, vivantes, inoubliables, et qui est très probablement inconnue pour la majorité des français !

La formidable mission du Dr Helen Caldicott a commencé dans sa ville natale d’Adélaïde, Australie, en 1971, quand des particules radioactives venant d’un essai nucléaire français se sont répandues dans l’atmosphère. En tant que docteur en médecine et scientifique, elle a eu de graves soucis sur les implications que ces retombées auraient sur les gens au fil du temps. Avec la concentration et la puissance d’un rhinocéros chargeant, le Dr Caldicott est devenue la voix éminente de la raison dans un monde d’énergie nucléaire et de guerre. Conseillant l’ensemble des gouvernants sur les résultats effrayants qu’aura le jeu avec la radioactivité, elle nous avertit tous qu’il s’agit d’un problème imminent qui peut finalement conduire notre espèce vers l’extinction.

 

Avec appréhension, bien qu’avec plaisir, j’ai passé un moment à interroger le Dr Helen Caldicott. Vous trouverez que ses paroles donnent à réfléchir et sont alarmantes :

Certains articles sont réservés à nos abonnés, celui-ci en fait partie.
S
i vous êtes abonné assurez-vous d’être connecté à votre compte et cliquez ci-dessous sur « Suite ».

Suite

Beaucoup moins de viande consommée dans huit pays… et la France ?

Un article de fait un état des lieux du monde végéta(*)ien et s’il n’est évidemment pas exhaustif, il nous interpelle sur l’état de la France…

vegetable heartOù en sommes-nous donc chez nous ?
Avec cette pléthore d’émissions culinaires qui font exclusivement (ou du moins, très, très majoritairement) la part belle à tous les produits animaux, comme si les végétaux n’étaient là que pour les mettre en valeur…
Ne parlons même pas des « grands chefs » (qui font parfois parler d’eux en supprimant la « viande » de leur menu ;-) ) et autres restaurants et concours divers.

C’est probablement là où notre orgueil gastronomique nous place : à la traîne de l’évolution alimentaire et sanitaire… (avec 10 ou 20 ans de retard sur d’autres pays).  Et surtout, que personne ne s’avise de toucher à nos « traditions » !!!
Alors pourtant qu’avec de telles pépites de talents nationaux, cette évolution pourrait tellement stimuler la créativité crulinaire végétale et encourager à revisiter nos classiques avec bonheur (Voir des livres pour inspiration).

Voici donc ce qu’écrit Lynn Griffith :

Le mode de vie végétarien a augmenté de façon significative durant la dernière décennie. La plupart des restaurants proposent une option végétarienne et la plupart des foyers ont au moins quelques repas sans viande chaque semaine. Aux États-Unis, 7,3 millions d’américains ont un mode de vie végétarien et 22,8 millions d’américains ne sont pas des végétariens stricts mais penchent pour une alimentation à dominante végétarienne. (1)

Suite

Alimentation bio ou conventionnelle : quelles différences sur la grossesse et le développement du bébé ?

Il semble que c’était hier que la masse de la population était encore complètement ignorante des préoccupations soulevées par un certain nombre de scientifiques internationalement reconnus concernant les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés). Maintenant, des douzaines de pays en Europe ont complètement banni ou sévèrement restreint les OGM, ce qui inclut les pesticides qui vont avec.
En fait, 19 pays en Europe ont récemment banni la culture d’aliments génétiquement modifiés sur leur territoire, citant un certain nombre de problèmes de santé et environnementaux :

 

La réelle différence entre aliments biologiques et aliments conventionnels

Certains articles sont réservés à nos abonnés, celui-ci en fait partie.
S
i vous êtes abonné assurez-vous d’être connecté à votre compte et cliquez ci-dessous sur « Suite ».

Suite