En attendant que ce nouveau site s’étoffe petit à petit, nous vous suggérons de consulter cette catégorie déjà abondamment évoquée sur notre ancien blog : ici.

Luttes pour le climat : incohérences et poudre aux yeux

C’est d’actualité, les médias nous en rebattent les oreilles : Tous les humains semblent actuellement se lever dans nombre de pays à travers le monde pour crier leur colère, pour vouloir des changements de politique environnementale, pour exiger des actions marquantes…. etc… etc… et ça c’est incontestablement un signe de réveil, ne crachons pas dans la soupe. Cependant ne nous leurrons pas non plus :

Que fait VRAIMENT l’individu lambda, le manifestant qui hurle au scandale et envoie des ultimatums à ses gouvernants ?
Qu’a-t-il, lui, changé dans sa propre vie pour favoriser un meilleur état de l’environnement ?

 De nouvelles journées de mobilisations climatiques sont prévues, en France et dans le monde, ces vendredi et samedi.

Suite

Qu’est-ce que le régime cétogène ? Série d’articles sur le sujet

Protein sources - meat, fish, cheese, nuts, beans and greens.

 

Étant lectrice/lecteur de ce blog, vous vous intéressez nécessairement à la santé et plus précisément à votre alimentation. Vous n’aurez donc pas manqué de remarquer que le régime cétogène est le dernier régime à la mode.

Il est quasiment impossible de ne pas en entendre parler si vous faites des recherches sur l’alimentation !

J’ai donc finalement décidé de vous apporter un éclairage sur ce nouveau type d’alimentation, encensé par certains, via des spécialistes de longue date sur la nutrition, les meilleures sources d’information selon moi. C’est donc une série d’articles sur le sujet que je vous propose à partir d’aujourd’hui pour vous permettre d’avoir le maximum d’informations et en tirer ensuite votre propre conclusion.

Ces premiers articles sont issus de l’excellent site du Centre d’études sur la Nutrition du professeur T. Colin Campbell, auteur du non moins excellentissime « Le Rapport Campbell : la plus vaste étude internationale sur la nutrition » et sont écrits par Robyn Chuter, thérapeute, spécialisée dans l’aide aux personnes atteintes de maladies chroniques comme le diabète de type 2, l’hypertension, les maladies auto-immunes. Elle est également diplômée du Centre d’études sur la Nutrition. Ses outils sont l’alimentation végétale, l’exercice physique, l’optimisation du sommeil et les techniques de réduction du stress.

Tout ce que j’apprécie et utilise moi-même :

Suite

Foie gras humain : les sucrants impliqués

Quand on évoque le foie gras c’est plutôt chez les non-véganes au moment des fêtes pour se régaler d’un mets considéré comme exceptionnel par les gastronomes… qui sont tellement dépendants de leurs papilles gustatives qu’ils en oublient que le foie qu’ils dégustent est un foie malade, hypertrophié grâce aux soins « attentifs » de ceux qui élèvent leurs porteurs (canards ou oies).

Hélas, cette « maladie » du foie touche maintenant les humains qui, inconsciemment cette fois, transforment cet organe initialement sain en un foie malade par l’effet de nouvelles habitudes alimentaires, amenées à la fois par de nouveaux modes de vie et par la pression permanente de l’industrie agro-alimentaire. C’est ce qu’explique l’article ci-dessous, écrit par Brian Clement de l’Institut Hippocrate :

Sucrants et foie gras humain

La maladie du foie gras a été couramment considérée comme une maladie sérieuse survenant principalement chez les alcooliques, mais tout a changé durant les trois dernières décennies comme la consommation croissante de fructose a explosé jusqu’à un état désormais généralisé, nommé maladie du fois gras non-alcoolique.

Cet état survient quand le foie humain a des difficultés à briser les graisses avec pour résultat que ces graisses s’accumulent dans le foie provoquant un état médical mettant potentiellement la vie en danger. Avec cette inflammation arrivent les cicatrices des tissus du foie et, au fil du temps, un échec du fonctionnement du foie peut se développer.

Suite

Ces étonnants faux aliments et substances nocives

J’entends tellement souvent des personnes voulant faire bien, faire trop que lorsque je suis « tombée » sur cet article, j’ai tout de suite eu envie de vous le traduire. 

Issu du magazine de l’Institut Hippocrate, il aborde le problème des allégations de santé que l’on peut entendre ici et là et qui entraînent les personnes qui les écoutent à les suivre bien sûr, mais malheureusement aussi à vouloir faire trop bien. Or le mieux est souvent l’ennemi du bien. 

Je vous invite donc à découvrir ci-dessous de quoi je veux parler sans plus attendre, en gardant à l’esprit que cet article a été écrit en 2012 :

Au tout début de l’Institut Hippocrate, le domaine des soins de santé naturels était toujours étiqueté: «Ne fait pas de profit».

Aujourd’hui, ce domaine de la santé au naturel est très rentable et regorge de battages médiatiques et d’insinuations plus que de faits et de préoccupations véritables pour la santé.

Il existe de nombreuses preuves à l’appui de la perte de grâce du secteur de la santé naturelle. La plupart des suppléments, considérés comme l’industrie du prochain billion de dollars, font plus de mal que de bien. De nombreux aliments des magasins de produits de santé sont transformés et remplis d’ingrédients dangereux. Il est très préoccupant que des personnes prétendant être des experts induisent le public en erreur en leur proposant des aliments super-spectaculaires censés présenter des avantages malgré leur histoire négative à long terme.

Les aliments vivants et crus sont devenus un pilier pour les consommateurs de pointe et conscients. Ils doivent être conscients que même dans ce domaine, il existe des choix préférables et des choix indésirables. Nous ne pouvons choisir sans crainte une cuisine simplement parce qu’elle est étiquetée «biologique» et «non cuite». Trois autres questions doivent être examinées avant de se lancer :

Suite

Comment être belle (beau) et épanouie sur tous les plans

Pas de sexisme ici, n’est-ce pas ;-)  ! Nous sommes tous concernés, mais il se trouve que l’article ci-après a été écrit (en anglais) par une femme Tonya Zavasta, experte en « beauté » féminine et en alimentation crue et qui est une publicité vivante pour ses préceptes alors qu’elle est désormais arrivée brillamment à la soixantaine, malgré son handicap de départ. Nous l’avions déjà évoquée dans quelques anciennes publications dont vous trouverez la liste à la fin de cet article.

Voici donc ce qu’elle écrivait en 2011 :

Vous voulez aimer ce que vous voyez quand vous vous regardez dans le miroir ? L’alimentation crue et l’exercice vous feront faire la moitié du chemin, mais pour des résultats maximum vous devrez prendre en compte le pouvoir de la loi de l’attraction.

Qu’avons-nous, nous humains, en commun avec une chenille ? Ceci, peut-être : nous sommes insatisfaits d’être inattractif, même si c’est seulement à nos propres yeux.

Nous voyons des personnes jeunes, saines, belles tout autour de nous et nous souhaitons nous-même être jeune, sain(e) et be(lle)au. Notre chenille voit un joli papillon et elle veut être un papillon. Et c’est précisément là que la similitude s’arrête.

Suite

Pourquoi je resterai toujours vegan/végétalienne…

C’est l’affirmation de Carolyn Zaikowski faite en 2011 et dont les explications qui la justifient me semblent suffisamment solides pour être publiées sur ce blog. D’autant que les dernières recherches en nutrition appuient, sans aucun doute possible, la certitude qu’une alimentation végétalienne, bien menée, équilibrée, consciente, non seulement ne laisse place à aucune déficience, mais améliore la santé, de la naissance jusqu’au grand âge, y compris durant la grossesse ou pour les sportifs et athlètes. Des dizaines et des dizaines d’études menées sur des décennies sont désormais en mesure de le confirmer.
Il est IMPÉRATIF de s’éduquer sur les nutriments nécessaires et les compléments qui peuvent s’avérer indispensables, surtout à notre époque, pour tous, omnivores compris, et ce n’est pas votre médecin (à quelques rarissimes exceptions près…) qui saura vous informer ! Et avec les déserts médicaux qui nous sont annoncés :cry: il est plus que jamais d’actualité de faire sa propre éducation.

Il suffit de nos jours de s’informer auprès de personnes compétentes (cruellement manquantes encore en France -et pas seulement-, très en retard dans ce domaine !) pour éviter tous les pièges de ce mode alimentaire (attention aux « gourous » de tous poils  :-? ) …. car on peut évidemment être « vegan » avec de la malbouffe : Pâtes, chips, frites, faux steak, faux-fromage, faux…. etc, hautement transformés, cuits et recuits, avec Coca et sodas par-dessus le tout, c’est peut-être « vegan » mais cela ne va certainement pas faire de bien à l’organisme, ce sera simplement et seulement « vegan » !
Et dans ce cas certains omnivores (certains se disent aussi « flexitariens »…) se porteront mieux que ces végétaliens-la s’ils diminuent fortement leur consommation de produits animaux et choisissent soigneusement le reste de leurs aliments, tout en privilégiant des cuissons douces. Ils continueront juste à aggraver l’état déjà gravissime de notre planète, tout en continuant à promouvoir la « production animale ».

Vache dans prairie

Voici donc ce qu’écrivait Carolyn :

En raison de l’état malheureux de la planète, il est impossible d’avoir une alimentation éthiquement parfaite. Mais nous pouvons minimiser la souffrance animale et la destruction environnementale causées par nos choix alimentaires. Aucune alimentation ne le fait mieux que l’alimentation végétalienne.

Suite

Quand les émotions dirigent votre vie… vous ne choisissez plus vos aliments !

« Quand la suralimentation est dirigée par la faim émotionnelle »… c’est le sous-titre d’un article publié par le magazine « Healing our world » de l’Institut Hippocrate et écrit par Julie M Simon. Cette mise au point sera peut-être utile à certains de nos lecteurs.

 

Girl eating doughnutEn voici donc la traduction :

Nous nous réjouissons tous de manger et, à l’occasion; allons manger sans faim, ou manger trop, juste parce que la nourriture est incroyablement délicieuse ou parce que cela permet d’épanouir nos expériences personnelles ou sociales.

Un après-midi de sortie est certainement encore plus agréable avec un café et une pâtisserie. Que serait un bon film sans un sac de popcorn ?

Il n’y a rien de mauvais à consommer occasionnellement des aliments pour le plaisir et fêter la vie. Le problème surgit quand nous le faisons si souvent que nous sommes en surpoids et que notre santé est en danger.

Si vous mangez régulièrement alors que n’avez pas faim, mangez trop à chaque repas, ou choisissez des aliments de confort malsains plus souvent que vous ne voudriez, il y a des chances qu’il y a là un composant émotionnel.

Suite

Quelles feuilles vertes consommer (bénéfices nutritionnels)

Quelles feuilles vertes consommer

 

On nous demande souvent, quand on débute dans l’alimentation végétalienne et que l’on a pris conscience de l’importance de la verdure pour être en bonne santé, quelles verdures peut-on bien consommer en dehors de la salade et des épinards.

Peut-être que vous n’êtes pas concerné par ces informations car vous n’êtes plus novice en la matière. Toutefois je comprends tout à fait que venant d’une alimentation classique telle que nous l’entendons aujourd’hui, cette question puisse être posée.

Il n’y a qu’à regarder les livres et magazines de cuisine : les recettes peuvent y être saines et délicieuses, je continue de remarquer l’absence de cette pourtant jolie couleur dans les plats présentés. Rien d’étonnant alors que l’on se demande quelle verdure consommer !

Pourtant elles sont nombreuses et bien que selon l’environnement dans lequel vous habitiez, l’approvisionnement puisse être plus limité, vous pourrez réussir, avec les informations ci-dessous, à varier suffisamment vos verdures tous les jours pour bénéficier d’un maximum de nutriments.

Vous apporterez ainsi un peu plus de cette couleur à votre alimentation pour le plus grand bien de votre santé (sans oublier bien sûr les autres couleurs de l’arc-en-ciel idéalement !).  

Suite