En attendant que ce nouveau site s’étoffe petit à petit, nous vous suggérons de consulter cette catégorie déjà abondamment évoquée sur notre ancien blog : ici.

Votre routine beauté est-elle « propre » ?

La grande tendance est au « vert », au « végétal », vous l’aurez certainement remarqué et la cosmétique n’échappe pas à cette vague.

Vous pourriez me dire que c’est une bonne chose et que les anciens comportements sont en train de changer. A première vue oui, mais méfiance comme je vous invite à le découvrir dans cette vidéo de l’émission La Quotidienne.

 

 

Le problème, comme cela est clairement expliqué dans cette émission, c’est que les sociétés de cosmétiques, sentant la tendance, se l’approprient en faisant du « greenwashing », c’est-à-dire en vous faisant croire par de multiples procédés bien rodés que leurs produits sont sains et écologiques, à grand renfort de mots bien choisis, de couleurs soigneusement sélectionnées, de marketing finement recherché. Et ça marche ! Je le constate souvent sur ma fille de 13 ans… Heureusement, je suis là pour veiller au grain et lui apprendre à décoder les choses.

Car au final, ne nous leurrons pas, la plupart des sociétés de cosmétiques surfent sur la vague en utilisant toujours plus ou moins les mêmes cochonneries pour votre peau et pour l’environnement, dans le but d’une part, de ne perdre aucun client, et d’autre part de continuer à faire des marges confortables.

Heureusement, la tendance n’est pas seulement au vert, elle est aussi au « propre » et nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser de près à ce que nous mangeons mais aussi à ce que nous mettons sur notre peau. Après l’alimentation « propre », voici venu le temps de la « cosmétique propre ». Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement ?

Suite

Comment avoir une peau vraiment hydratée et régénérée (vidéo)

Les meilleurs hydratants et les meilleurs cosmétiques dont votre peau a besoin sont d’origine naturelle et sont des aliments ! J’espère que vous le savez.

Pour commencer, une alimentation riche en végétaux crus et frais, apportant donc une grande qualité d’eau à votre corps et une large variété de nutriments sous forme de vitamines, enzymes, acides aminés et minéraux, est indispensable pour avoir une peau saine.

Peau saine 5

Une bonne hygiène de vie et un mode de vie sain sont indispensables pour que votre peau soit éclatante ou au moins en bonne santé.  Ce qui se passe à l’intérieur de votre corps se voit à l’extérieur et donc sur votre peau. La peau est le miroir de votre état de santé général.

Toutefois, même avec une alimentation exemplaire, la peau perd de son élasticité et de son hydratation avec l’âge. De plus, il est des éléments extérieurs que nous ne pouvons pas vraiment contrôler. Ainsi l’exposition à la pollution, à des conditions climatiques parfois plus extrêmes (plus de soleil, plus de vent, plus de froid) et/ou à l’usage de l’eau du robinet (contenant souvent divers produits décapants pour la peau) contribuent à assécher votre peau et accélérer son vieillissement, même si vous avez une bonne alimentation.

C’est pourquoi une petite aide extérieure peut quand même être la bienvenue (après vous être occupé(e) de votre intérieur). Mais comme les cellules de votre peau absorbent tous les produits avec lesquels elles sont en contact, vous serez particulièrement attentif(ve) à ce que vous utilisez comme soins de beauté, au moins autant que ce que vous laissez entrer dans votre corps par votre bouche.

Suite

Le super antibiotique … sans effets secondaires

« Ce n’est plus un secret que les bactéries résistantes aux antibiotiques communément connues comme super-bactéries sont en hausse. Cela a d’ailleurs sérieusement interpellé la communauté médicale. L’une des plus grandes causes à l’origine de cette épidémie est la sur-utilisation d’antibiotiques sans discrimination. En 2015, dans une tentative de régler le problème, la Maison Blanche a émis un plan pour diminuer de moitié, à l’horizon 2020, l’utilisation inappropriée d’antibiotiques.  C’est un objectif ambitieux et louable mais, étant à l’orée de 2020, qui n’est pas susceptible d’être atteint.
 
Le problème de la sur-utilisation d’antibiotiques c’est qu’elle est incroyablement répandue. En fait, une étude faite par les Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) et les organisations partenaires, publiée dans le Journal of American Medical Association (JAMA), a récemment confirmé que jusqu’à 30% de tous les antibiotiques prescrits aux USA sont complètement inutiles.
 
NDT : La France a commencé à lutter contre ce problème depuis quelques années déjà…
 
En analysant les dossiers des médecins et des services d’urgence dans tout le pays, les chercheurs ont déterminé qu’environ 47 millions de prescriptions excessives sont émises chaque année pour des états de santé qui n’ont aucun besoin d’antibiotiques, plus particulièrement les infections virales des voies respiratoires. Dans un effort pour apaiser les patients qui ressentent le besoin de recevoir un médicament pour leurs symptômes, alors qu’en fait le seul traitement est le temps et leur propre système immunitaire, les médecins mettent leurs patients en danger de réactions allergiques potentiellement dangereuses, et parfois même du sérieux pathogène Clostridium difficile. » [Suite ci-dessous]
 

C’est ainsi que commence un article publié par Mike Adams.

Il y a pourtant une solution naturelle (souvent gratuite) et à portée de nos mains. Une plante merveilleusement odorante que vous pouvez, comme moi (dans le Centre de la France), trouver à l’état sauvage dans la campagne et les petits chemins où vous faites des promenades de santé (aussi loin que possible de toute pollution aérienne ou terrestre), si vous n’avez pas de jardin ou ne la cultivez pas en pots. D’ailleurs, dans quelques semaines je pense pouvoir déjà apercevoir quelques petites nouvelles pousses.

Origan

Mike Adams nous rappelle donc toutes les qualités de cet antibiotique dans l’article que j’ai commencé à vous traduire ci-dessus et dont vous lirez la suite ci-dessous. Ces qualités méritent le détour et toute notre attention :

Suite

Quelle quantité d’oléagineux doit-on consommer pour une santé optimale ?

Nuts

Dans la communauté végétalienne/végétarienne, il y a assez importante controverse concernant les oléagineux (noisettes, amandes, noix …). Certains militent en leur faveur et prônent une large consommation de ces aliments en remplacement des protéines animales entre autres.

D’autres au contraire vont les éviter comme la peste et militer pour une alimentation pauvre en graisses, même végétales.

Le sujet est brûlant et souvent à l’origine de beaucoup de désaccord. Pour trancher, je laisse la parole à un spécialiste de la nutrition qu’elle soit « classique » ou végétalienne. En effet, Le Professeur T. Colin Campbell est à la pointe de la recherche sur la nutrition depuis plus de quarante ans.

Suite

Comment les bactéries intestinales altèrent le cerveau

Des chercheurs de l’Université de l’école médicale de l’université de Saragosse en Espagne ont découvert une nouvelle piste selon laquelle la communauté des microorganismes vivant en symbiose dans l’intestin humain pourrait contribuer à aider la régulation de la chimie du cerveau. L’étude remarquable fut publiée dans le journal PLOS ONE.

Intestins

Suite

Comment consommer assez d’Oméga-3 sans manger de poissons

Omega design, vector illustration.

Après son expérience avec le cancer (stade IV), Tom Fisher, infirmier et éducateur de santé au centre Hippocrate, a intégré les principes de l’Institut dans sa vie quotidienne pour rester en bonne santé et être heureux de vivre.

Tom est un passionné : il adore aider les gens en leur faisant découvrir l’alimentation vivante et apprécie vraiment son travail.  Entre autres, il reçoit les visiteurs du Centre pour des consultations de santé et les familiarise avec l’Ondamed (biofeedback).

L’Ondamed est une technologie révolutionnaire de guérison intégrant les fréquences indétectables du son et de la couleur pour résoudre des problèmes de santé. Du mot latin « onde », ONDAMED envoie au patient des fréquences très finement réglées, inaudibles pour nous et basées sur son trouble de santé. Lorsqu’un état de santé est affecté par des virus, des bactéries, des parasites et/ou des champignons, il devient le foyer de la maladie et fait que les organes résonnent à des fréquences indésirables.

ONDAMED « diagnostique » en scannant et en identifiant ces interférences de fréquences et « traite » les obstructions par l’envoi d’une « fréquence de guérison » pour résoudre le problème.

Mais revenons au sujet de cet article, les Oméga-3. Si vous ne le savez pas encore, je vous le dis, l’alimentation occidentale fournit beaucoup trop d’acides gras Oméga-6 (acide linoléique) et trop peu d’acides gras Oméga-3 (AAL acide alpha-linolénique). Ce déséquilibre – environ 10 à 30 oméga-6 pour 1 oméga-3 – provoque des conditions propices entre autres, aux troubles cardiovasculaires et inflammatoires.

 Voyons d’abord ce que les acides gras essentiels font :

  • Ils apportent leur soutien à la structure des membranes des cellules.
  • Ils aident à convertir les nutriments des aliments en énergie utilisable.
  • Ils facilitent la communication entre les cellules.
  • Grâce à eux, les nutriments peuvent passer du sang à travers les membranes cellulaires.
  • Ils aident les substances dans les cellules à passer dans le sang.
  • Ils participent à la fabrication des globules rouges.
  • Ils diminuent l’inflammation.
  • Ils font baisser le taux de triglycérides.
  • Ils rendent le sang plus fluide.
  • Ils augmentent le taux de bon cholestérol (HDL)
  • Ils diminuent l’arythmie cardiaque.
  • Ils font baisser la tension artérielle.
  • Ils améliorent l’action de l’insuline.
  • Ils participent à la protection contre l’oxydation et la cardiopathie ischémique.
  • Ils réduisent les symptômes prémenstruels.
  • Ils assistent la fonction mitochondriale.

 

Voici maintenant ce qu’en dit Tom Fisher, en évoquant les populations à risques, les étapes de notre vie où les acides gras Oméga-3 sont encore plus importants et les moyens de se supplémenter efficacement et suffisamment.

 

Certains articles sont réservés à nos abonnés, celui-ci en fait partie.
S
i vous êtes abonné assurez-vous d’être connecté à votre compte et cliquez ci-dessous sur «Suite».

En vous abonnant à notre site, non seulement vous avez accès à encore plus d’informations et de recettes mais avec seulement 5€ par mois, vous soutenez également notre travail de recherches et de traduction et nous encouragez à continuer. Merci !

Suite

Comment surmonter les troubles émotionnels saisonniers

Aussi dénommés « troubles affectifs saisonniers », c’est de ces troubles dont parle Kris Carr sur son site web, en nous suggérant dix pistes pour les surmonter dans l’article ci-dessous :

Depressed or sad woman walking in winter

1 – Assurez-vous de prendre suffisamment de vitamine D

En plus de nombreux cancers, de l’hypertension, du diabète et des maladies cardiaques, une déficience en vitamine D est aussi liée à la dépression. Alors si vous vous sentez triste, c’est le bon moment de tester vos niveaux de vitamine D. Selon mon ami le Dr Mark Hyman, vous devriez être testé à 25 OH de vitamine D. Pour un taux optimal vous devriez être de 100 à 160 nmol/L ou 40 à 65 ng/ml. Pour les malades du cancer c’est plus près de 80.

Suite

Grossesse et dépression post-partum : quels nutriments indispensables ?

«Les femmes enceintes ou ayant récemment accouché qui souffrent de troubles psychiatriques (la dépression en est un) doivent absolument être traitées, notamment parce que le taux de suicide est 70 fois plus élevé durant l’année qui suit un accouchement que durant toute autre période de la vie d’une femme ».

Voici les conclusions faites en 2005 par le Dr Marie-Josée Poulin, psychiatre et responsable médicale du Programme de psychiatrie périnatale au Centre hospitalier Robert-Giffard (Québec) ayant fait des recherches sur le potentiel de certains nutriments dans le traitement de la santé mentale des femmes (et par troubles psychiatriques, elle parle bien sûr de troubles apparus suite à la grossesse ou à l’accouchement).

Ces recherches ont porté sur des nutriments bien particuliers et il s’avère que ceux-ci devraient figurer en bonne place dans le traitement de la dépression des femmes.

 

Certains articles sont réservés à nos abonnés, celui-ci en fait partie.
S
i vous êtes abonné assurez-vous d’être connecté à votre compte et cliquez ci-dessous sur «Suite».

En vous abonnant à notre site, non seulement vous avez accès à encore plus d’informations et de recettes mais avec seulement 5€ par mois, vous soutenez également notre travail de recherches et de traduction et nous encouragez à continuer. Merci !

Suite