Candidose, mycoses et autres champignons : l’avis d’un médecin crudivore, le Dr Cousens

Dans son livre Rainbow Green Live-Food Cuisine, au chapitre concernant « La prévention du compostage de la civilisation occidentale » au paragraphe sur la viande et les produits laitiers, voici ce que le Dr Cousens écrit :

Les aliments carnés et laitiers représentent une autre classe d’aliments qui semble étroitement liée aux mycotoxines. L’une des raisons majeures en est que ces animaux et leur lait sont lourdement affectés par leurs céréales nourricières infectées par les champignons et qui ont subi de longues conservations.

La viande et les produits laitiers sont également acidifiants pour l’organisme.
J’ai fait une expérience intéressante en découvrant ceci avec deux patients consommant une alimentation vivante.
J’observe souvent le sang des gens avec la microscopie en champ sombre et l’un de mes patients qui consommait 100 % d’aliments vivants avait un sang très propre.
Un jour, cependant, quand j’examinais son sang je le trouvais rempli de toutes sortes de levures et de champignons. Je lui demandais « Que se passe-t-il ? ». Il me dit que pendant quelques semaines il avait bu du lait de chèvre cru.


Puisque c’était le seul changement et qu’il n’était pas particulièrement malade, je dis, « Faisons une expérience. Pas de lait de chèvre cru pendant quelques semaines, et laissez-moi examiner à nouveau votre sang« .
Après trois semaines, je le revis et son sang était revenu à la normale.

Ce fut un très fort message pour moi parce que j’avais admis que la plus grande partie de la preuve mycotoxique par la microscopie en champ sombre venait du bétail et du lait de vache. 
Je ne sais pas si cette chèvre était nourrie aux céréales, mais cela m’avertit que tous les produits animaux -peu importe qu’ils soient biologiques, crus, ou élevés maison- sont susceptibles d’avoir cet effet mycotoxique.

The Fungal/Mycotoxin Etiology of Human Disease, Vol. 2, 1994, liste la quantité de micro-organismes pathogènes trouvée dans divers aliments.

      • Le lait pasteurisé de Grade A contient 5.000.000 de micro-organismes pathogènes par tasse ;
      • le fromage en contient 100.000.000 par part ; un simple oeuf en a 37.000.000 ;
      • le bœuf, la volaille, le mouton et les fruits de mer en ont 336.000.000 par part.
      • Le repas américain moyen avec des produits animaux contient approximativement de 750 millions à 1 billion de micro-organismes pathogènes pléomorphiques.
      • Le repas moyen végétalien (avec seulement des aliments végétaux) contient moins de 500 micro-organismes pathogènes pléomorphiques.

En d’autres mots, le repas végétalien moyen a entre un à deux millions de fois moins de micro-organismes pathogènes pléomorphiques qu’un repas avec un produit laitier, un oeuf ou de la viande.

[…]

Colette